Shoah – Déportations – Camps de la mort

27 janvier 1945. Les soviétiques entrent à Auschwitz et découvrent l’indicible.

 Il ne faut jamais oublier. En mémoire des victimes. Pour tenter d’éviter qu’une telle folie ne se reproduise.

Des témoignages écrits m’ont marqué, de ce qu’a été Auschwitz mais aussi la Shoah dans sa globalité et l’industrialisation de l’extermination massive d’un peuple.

Une liste de livres, des témoignages et une enquête

Indispensables, durs, glaçants.

Livres de référence sur la Shoah, les déportations et les camps de la mort

Si c’est un homme, de Primo Levi

Primo Levi a passé onze mois à Auschwitz après avoir été arrêté en Italie. Dans ce livre, il raconte cette expérience, de manière factuelle, tout en analysant les comportements humains. Il relate l’indicible, le comportement inhumain de certains, l’adaptabilité nécessaire à la survie, la déshumanisation une fois qu’on est privé de tout y compris de son nom. Il explique comment il a touché le fond. Et encore. Et encore. Et comment il est parvenu à rester un homme.

La nuit, d’Elie Wiesel

Elie Wiesel est un juif hongrois. Il a 16 ans en 1944 lorsque le gouvernement du pays change sous la pression des nazis et commence à déporter les Juifs vers les camps d’extermination. La guerre est presque perdue mais le fanatisme nazi s’obstine à éradiquer le peuple juif. A l’arrivée à Auschwitz, Elie Wiesel voit une dernière fois sa mère et sa petite soeur. Il vit l’indicible en compagnie de son père, jusqu’à l’évacuation du camp à t