LECTURE SHOAH – DÉPORTATIONS – CAMPS DE LA MORT

Un article un peu spécial en cette journée anniversaire de l’entrée des soviétiques à Auschwitz le 27 janvier 1945. Une liste de livres témoignages pour les personnes qui souhaitent en savoir davantage sur le sujet que ce que relate la série de romans parus récemment sous la forme « XXX d’Auschwitz ».

Pour ne jamais oublier. En mémoire des victimes. Pour tenter d’éviter qu’une telle folie ne se reproduise.

ATTENTION : âmes trop sensibles s’abstenir.

CONCOURS ÉCRIRE CONTRE LA HAINE 2024 OUVERT !

L’édition 2024 du concours « Écrire contre la haine » organisé par la Licra est ouverte !

N’hésitez pas à y participer et à tenter de remporter à votre tour le Prix Bernard Lecache. Nous ne sommes jamais trop nombreux à écrire contre la haine, sous toutes ses formes.

Pour rappel, j’avais gagné l’édition 2023 avec ma nouvelle « Le village disparu », ex-aequo avec Frédérique Nardin et sa nouvelle « Petite balade des haines ordinaires », ces nouvelles ainsi que celles des 19 autres lauréats, dont « Terminus » d’Agnès Renaud, « Les oubliés » de Laure Gombault et « Émilie » de Cléa Merucci, sont toujours disponibles dans le recueil édité par La rumeur libre (tous les droits d’auteurs reversés à la Licra).

Prix Bernard Lecache

Concours ouvert du 1er janvier 2024 au 31 mars 2024, donc ne traînez pas ! A vos stylos, plumes et claviers !
Je vous souhaite une belle inspiration.

Tous les détails : ICI.

Écrire contre la haine : Prix Bernard Lecache 2023

J’ai remporté le Prix littéraire Bernard Lecache 2023 !

En 2023, la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) a organisé un concours de nouvelles intitulé Écrire contre la haine – Prix Bernard Lecache.

Un Grand Jury composé de personnalités du monde culturel, écrivains, hauts fonctionnaires, éditeurs, libraires, enseignants, responsables associatifs, a choisi les vingt et une nouvelles publiées par La rumeur libre éditions.

J’ai gagné avec ma nouvelle Le village disparu, spécialement écrite pour l’occasion, ex-aequo avec Frédérique Nardin et sa Petite balade des haines ordinaires. Agnès Renaud complète le podium avec Terminus. Trois nouvelles très différentes les unes des autres, trois messages forts contre la haine.

Photos et déroulé de la cérémonie de remise des prix, extraits, réactions, anecdotes et plus encore en cliquant sur la couverture de l’ouvrage qui regroupe les 21 lauréats :

Prix Bernard Lecache

COUP DE GUEULE : Appauvrissement de la langue française, réécriture et censure

À partir de combien d’occurrences, une malheureuse coïncidence se transforme-t-elle en potentiel crime organisé ?

Il ne s’agit pas là d’une accroche de quatrième de couverture, mais d’une réelle inquiétude. D’une colère, n’ayons pas peur des mots. D’où ce coup de gueule.

Le Club des Cinq

Tout a commencé il y a quelques années déjà, avec la publication de nouvelles traductions des célèbres aventures du Club des Cinq. Pour faire court, voici ce qui a changé concrètement dans les nouvelles versions des livres mythiques d’Enid Blyton :

– passage du passé simple au présent.
– suppression de certaines descriptions.
– simplification du langage, avec des « on » remplaçant des « nous » par exemple.
– suppression de ce qui pouvait être perçu comme politiquement incorrect.

Les trois premiers points illustrent une fâcheuse tendance à l’appauvrissement de la langue.

Le dernier point renvoie à un autre vrai souci : la censure des bien-pensants, comme dans le cas du renommage des Dix petits nègres, d’Agatha Christie.

Voici trois articles illustrant cette réécriture des célèbres romans de la Bibliothèque Rose :

https://actualitte.com/article/69948/jeux-video/le-club-des-5-la-nouvelle-traduction-qui-laisse-sans-voix

https://bibliobs.nouvelobs.com/romans/20170406.OBS7659/le-club-des-cinq-a-perdu-son-passe-simple-et-pas-mal-d-autres-choses-aussi.html

https://www.lavie.fr/ma-vie/famille/litterature-jeunesse-le-club-des-cinq-et-le-mystere-du-passe-simple-perdu-73502.php

Hachette se défend d’un nivellement par le bas mais avance une « modernisation » de la série, pour pousser à lire. Hallucinant ! J’ai du mal à croire que ces coupes franches ont incité beaucoup d’enfants n’aimant pas lire à se plonger dans ces livres. Au contraire, ceux qui sont passionnés par la lecture ont beaucoup perdu dans cette affaire. Scandaleux.

Couverture du roman Le Club des Cinq va camper de Enid Blyton

Mais nos charmantes maisons d’édition ne se sont pas arrêtées en si bon chemin. Elles ont de la suite dans les idées !

Pat Conroy – Le Prince des marées, nouvelle traduction

Un lecteur d’Ainsi a-t-il été m’a conseillé de lire Le Prince des marées publié en 1986 et vendu à plus de 20 millions d’exemplaires. Totalement conquis par les suggestions précédentes de ce lecteur averti (Betty, Le gang des rêves), je me suis plongé avec enthousiasme dans ce pavé culte de Pat Conroy. Et j’ai été séduit par l’histoire, les personnages, les dialogues. Mais quelque chose dans l’écriture m’a turlupiné. J’ai mis 150 pages à mettre le doigt dessus. Le souci m’a sauté aux yeux dans un passage où le narrateur raconte son enfance en compagnie de son frère et de sa sœur, en lisant la phrase :

« Nous étions des enfants et on ne tarda pas à sauter la barrière pour faire quelques pas dans la forêt interdite. »

Moche.

Dans ma tête, la bonne phrase était :

« Nous étions des enfants et nous ne tardâmes pas à sauter la barrière pour faire quelques pas dans la forêt interdite. »

J’ai regardé d’un peu plus près.

Je me suis rendu compte que toutes les fois où l’imparfait était utilisé pour la première personne du pluriel, le narrateur disait « nous » et pour tous les passé simple il utilisait « on ». Indigne d’une telle œuvre littéraire (portée à l’écran par Barbara Streisand).

J’ai creusé.

J’ai vu que dans mon livre édité par Albin Michel, il était noté « Traduction révisée ».

J’ai pensé au Club des Cinq.

J’ai écrit au lecteur qui m’avait conseillé ce livre et je lui ai demandé s’il l’avait lu en français, s’il avait toujours ce livre, dans quelle édition et s’il pouvait vérifier ma phrase.

Il m’a répondu dans la demi-heure.

Il dispose de la première traduction, faite par la même traductrice. La phrase en question apparaît ainsi :

« Nous étions des enfants et nous ne tardâmes pas à sauter la barrière pour faire quelques pas dans la forêt interdite. »

Comme je l’imaginais. Sans cet immonde « on ».

Je me suis procuré une version de la traduction originale. Stupeur. Tous les « nous » avec passé simple apparaissent bien dans cette première traduction. Ils ont tous été remplacés par des « on » dans la traduction révisée.

Couverture du roman Le Prince des marées de Pat Conroy

Je ne veux pas accabler la traductrice. Elle ne s’est certainement pas réveillée un matin en se disant « Je vais saboter mon boulot du Prince des marées ».

Alors quoi ? Qu’est-ce qui est passé par la tête d’Albin Michel pour infliger un tel traitement à ce roman ?

Et la suite ?

Le Club de Cinq, Le Prince des marées. Deux coïncidences ? Un vaste complot destiné à simplifier ou saboter notre belle langue française ? à censurer pour rentrer sans vergogne dans le politiquement correct ? Orchestré par qui ? Dans quel but ? Combien d’autres œuvres subissent le même sort, en silence, dans l’ombre ? Jusqu’où iront-« ils » ?

Je me rends compte à quel point mes questions « complotistes » sonnent ridicules. Mais je ne comprends pas ce qui se passe. J’oscille entre incompréhension et colère. Et je lance cette bouteille à la mer. Ce cri dans la nuit. Aura-t-il un écho ?

En attendant, je poursuis ma lecture du Prince des marées, dans sa première traduction, bien sûr (Presses de la Renaissance, Pocket).

Le fin mot de l’histoire, après lecture du roman, dans l’article consacré au Prince des marées : ICI.

Me contacter

Me suivreFacebook Claude Griesmar

Instagram Claude Griesmar

Partager

Au Bonheur des Livres

La bonne nouvelle de la rentrée : mes livres sont désormais également disponibles dans une charmante librairie strasbourgeoise, la bien-nommée Au Bonheur des Livres. Aux allergiques de commandes sur Internet, à celles et ceux qui apprécient de passer un moment agréable entre des rayonnages de livres et une libraire sympathique avant de jeter leur dévolu sur la prochaine œuvre à dévorer, je ne peux que vous conseiller d’y trouver votre bonheur !

Librairie Au Bonheur des Livres, Strasbourg

Bonnes lectures !