Jean Hegland – Dans la forêt

(Anticipation / 1996 / Into the forest)

Couverture du roman Dans la forêt de Jean Hegland

Nell et Eva, dix-sept ans et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cœur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours présentes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, remplie d’inépuisables richesses. (quatrième de couverture)

Commentaire

J’avais rarement l’impression de lire un roman d’anticipation au fil des pages de ce superbe « Dans la forêt ». Jean Hegland ne met pas l’accent sur la fin de notre civilisation, sur le potentiel monde post-apocalyptique qui suit la chute d’une civilisation. Elle ne s’attarde pas et ne se perd pas en détails pour expliquer en long et en large les raisons du déclin, de la pénurie d’essence, de la coupure de l’électricité, des éventuelles maladies et guerres qui séviraient dans le pays et ailleurs. L’auteure se concentre sur le destin de deux jeune filles vivant dans une maison isolée au milieu de la forêt, à une cinquantaine de kilomètres de Redwood, Californie, l’agglomération la plus proche.

Livrées à elles-mêmes, Nell et Eva s’accrochent dans un premier temps à leurs passions du monde d’avant. Nell, l’intellectuelle, s’apprêtait à postuler à la prestigieuse université d’Harvard. Elle continue de réviser de son mieux, sans Internet, en utilisant la bibliothèque familiale et en accumulant des connaissances en lisant méthodiquement une encyclopédie. Eva, l’artiste, rêvait d’une carrière de danseuse classique. Elle s’astreint à un dur entraînement quotidien, primordial pour ne pas rouiller, pour ne pas perdre souplesse et tonicité du corps.

Elles espèrent un retour à la normale. Mais elles comprennent aussi très vite que la survie nécessitera une adaptation conséquente à cette nouvelle situation, si particulière. Elles se rendent compte qu’attendre, apprendre des théories et s’entraîner ne suffira pas.

Jean Hegland nous offre un roman lucide, poétique, qui interroge sur les vraies valeurs dans ce monde. Privées de ce qui semblait acquis (Internet, l’électricité, les moyens de transport, les supermarchés, les produits d’hygiène élémentaires, …), ses héroïnes seront obligées de se recentrer sur l’essentiel : satisfaire les besoins primaires. Le lecteur suit l’évolution des mentalités de ces jeunes femmes, les prises de conscience successives, les efforts d’adaptation, la réutilisation du moindre objet dans la maison, la richesse de la forêt, les avantages à vivre en communion avec la nature, la capacité de l’humain à rebondir et à retrouver des réflexes et un savoir inné oubliés.

Un excellent roman, plaisant à lire, émouvant, captivant, qui offre de surcroît des pistes de réflexion, loin des super-héros censés sauver le monde.

Mais lorsque notre monde de surconsommation se cassera la gueule, n’aurons-nous pas trop tiré sur la corde ? N’aurons-nous pas épuisé les ressources de notre mère Nature ?

Extraits

Cet après-midi, ce qui m’a rendue triste, c’est le peu de choses qu’il reste quand une personne est partie. (p.56)

– Le livre sur le jardinage dit que les cerfs ne mangent pas les tulipes.
– J’espère que les cerfs ont lu le même livre, a-t-il répondu. (p.64)

J’ai tellement envie que quelqu’un réclame ce que je rêve de donner. (p.82)

– Merci de m’avoir aidée.
Elle a haussé les épaules.
– C’est à ça que servent les sœurs, non ? a-t-elle dit. (p.86)

 Une part de moi a envie de lui crier dessus, de la critiquer, de lui reprocher le placard vide et la route démolie et toute ma solitude. Mais une autre frémit à la pensée d’un désaccord, et cherche désespérément à s’entendre avec la seule personne qu’il lui reste. (p.177)

 La meilleure occasion, c’est quand il n’y a pas d’occasion. (p.179)

 Ma vie m’appartient. (p.194)

 Pourtant, il y a une lucidité qui nous vient parfois dans ces moments-là, quand on se surprend à regarder le monde à travers ses larmes, comme si elles servaient de lentilles pour rendre plus net ce que l’on regarde. (p.200)

 J’ai vécu dans une forêt de chênes toute ma vie, et il ne m’est jamais venu à l’idée que je pouvais manger un gland. (p.227)

 Mais j’ai appris quelque chose que l’encyclopédie ne sait pas – quand la lune est croissante on peut l’atteindre et tenir délicatement sa courbe externe dans la paume de la main droite. Quand elle est décroissante, elle remplit la paume de la main gauche. (p.258)

Mais quand j’ai franchi le seuil, elle m’est de nouveau apparue comme l’unique maison que j’avais toujours connue. Elle sentait encore l’odeur de mon enfance, elle abritait encore les fantômes de mes deux parents, les fantômes de toutes celles que j’avais été autrefois. (p.299)

L’auteure et son œuvre

Jean Hegland est née en novembre 1956 à Pullman dans l’Etat de Washington. Après avoir accumulé des petits boulots, elle devient professeur en Caroline du Nord. A vingt-cinq ans, elle se plonge dans l’écriture, influencée par ses auteurs favoris, William Shakespeare, Alice Munro et Marilynne Robinson. Son premier roman, « Dans la forêt », paraît en 1996 et rencontre un succès éblouissant. Il a été adapté au cinéma en 2015. Elle a écrit également plusieurs essais et deux autres romans, « Apaiser nos tempêtes » (2004 / Windfalls) que je n’ai pas encore lu et « Still time » (2015) non traduit en français à ce jour.

D’autres lectures
Richard Matheson – Le jeune homme, la mort et le temps
Jane Austen – Raison et sentiments

Mes écrits
Ainsi a-t-il été
Mieux vaut très tard que jamais
39 hommes en galère

Me contacter