Claude Griesmar – 39 hommes en galère

(Nouvelles / 2021)

Couverture de 39 hommes en galère, de Claude Griesmar

Quatrième de couverture

Galères professionnelles, galères sentimentales, galères personnelles, galères familiales, galères du quotidien, les galères n’épargnent personne.

Ce recueil de nouvelles présente 39 histoires émouvantes, drôles, sombres, surprenantes. Des tranches de vie. Des tournants inattendus. Des opportunités à saisir. Des décisions à prendre. Des projets aux résultats contrastés.

Dans la vénérable cité de Balançon ou dans les villages de nos belles régions, à Londres ou à Paris, à l’Île Maurice ou aux États-Unis, ici ou ailleurs, les combats se ressemblent. On lutte contre les autres ou contre soi-même, contre la bêtise humaine ou contre ses propres démons, contre un sèche-linge encombrant ou contre de grands principes, contre le temps qui passe, contre l’inéluctable.

Extraits

Un dimanche matin. Des bourrasques glacées balayaient les artères de la ville. Elles s’engouffraient dans les étroites ruelles du centre, jouaient avec les rares passants qui s’y aventuraient. Ces téméraires marchaient d’un pas alerte. Savamment emmitouflés, ils évitaient de s’attarder dehors plus longtemps que nécessaire. Des croissants à acheter à la boulangerie du coin. Le journal. L’office religieux. Le tiercé. Silhouettes courbées. Souffles blancs.
(La tuile)

Cela a commencé par une phrase simple, et pourtant lourde de conséquences : « Passez me voir après votre rendez-vous, ça ne sera pas long. » Martin Deschamps acquiesça. Il ignorait ce que lui voulait son supérieur hiérarchique. Il ignorait que le cauchemar allait commencer.
(Les principes)

Lui :  Tu me passes le sel ?
Elle : Tu n’es pas mon père !
(Elle et lui)

Quand il ne lui restait plus rien ou presque, il s’était toujours arrangé pour conserver cette boîte à chaussures. Son trésor à lui.
(La boîte à chaussures)

Arsène Tondelier était ce qu’on appelle communément un radin. Il rechignait à la moindre dépense.
(Le Grand Voyage Zen)

Comédie balançonnaise

Quinze nouvelles de ce recueil sont estampillées Comédie balançonnaise. La quatrième de couverture de « 39 hommes en galère » porte aussi cette marque. Que signifie-t-elle ?

Rien de mystérieux à vrai dire, ni d’occulte. Il s’agit d’un double hommage que j’ai souhaité rendre, sans prétention aucune, à deux maîtres de la littérature française du 19e siècle, Balzac et Maupassant, des génies de la plume qui travaillaient, rappelons-le, sans disposer des pratiques couper/copier/coller de notre ère.

Comédie, vous l’aurez compris, renvoie à l’immense Comédie humaine de Balzac, le chef-d’œuvre de sa vie, qui a fini par épuiser son auteur. Au point que Balzac est mort, exténué, avant d’arriver au bout de son incroyable étude de mœurs de l’époque. Je me suis amusé à intégrer des personnages récurrents dans ma Comédie balançonnaise, en gardant à l’esprit le principe des types de personnalités cher à Balzac. Le tout à mon très modeste niveau.

La Comédie balançonnaise se déroule dans la ville de Balançon et ses environs.

Balançon est la cité inventée par Maupassant dans sa nouvelle « Le Docteur Héraclius Gloss ». Maupassant représente pour moi (tout comme Philip K.Dick dans un registre totalement différent) une référence absolue de la nouvelle. Je prends plaisir à faire revivre cette ville sortie de l’imagination du maître, dans une partie des nouvelles de « 39 homme en galère » pour commencer. Nouvelles parfois noires comme celles de Maupassant.

Secrets de fabrication

« 39 hommes en galère » est composé de nouvelles écrites sur une période de 20 ans, de 2001 à 2021. Six d’entre elles datent des six derniers mois.

Les nouvelles ont toutes comme dénominateur commun de mettre des hommes en scène connaissant un souci plus ou moins grave, des hommes en galère comme l’indique le titre du recueil.

Les hommes en question sont de différents âges (du lycéen au retraité), de différentes professions (banquier, boulanger, entrepreneur, ouvrier, informaticien, employé de mairie, soldat, etc), de différentes conditions sociales. Ils vivent en divers lieux, près de la moitié d’entre eux à Balançon ou dans les environs. Comme indiqué sur la quatrième de couverture, les galères n’épargnent personne, riches ou pauvres, jeunes ou vieux.

J’avais imaginé le concept de longue date. Mon recueil s’est enrichi au fur et à mesure. Son titre s’est modifié en conséquence : « 22 hommes en galère », « 33 hommes en galère », pour finir avec son titre actuel et définitif.

Et non, je ne me suis pas trompé. Je sais qu’il y a 40 nouvelles dans le recueil. ☺

Nouvelle vs Roman

Un recueil de nouvelles après deux romans. Tout aussi enthousiasmant, même si très différent.

Le roman permet de raconter une histoire et même des histoires dans l’histoire, de présenter de nombreux personnages, de les abandonner pendant de longs chapitres, d’y revenir, de jouer avec des ellipses et d’autres procédés divers et variés, d’amener des sujets très progressivement ou d’enchaîner rebondissements sur rebondissements, de développer beaucoup de notions, de faire évoluer les protagonistes et leurs sentiments sur la durée, de construire de vastes sagas et de magnifiques épopées. Ou alors de suivre de manière intimiste un personnage unique. Action. Introspection. Sur 100 ou 600 pages. En un huis-clos d’un jour ou sur des siècles. L’auteur dispose d’un large éventail de choix pour construire et faire évoluer son récit. Il a tous les droits. Un roman est une porte ouverte qui autorise tout. Il n’y a qu’à imaginer, retrousser les manches et créer son univers, selon ses envies.

La nouvelle est un exercice d’un autre genre. Une histoire incisive à claquer en un nombre restreint de mots. Une ou deux idées à développer. Aller à l’essentiel. Ni détails inutiles, ni prose superflue. Présenter avec précision des personnages finement ciselés. Insuffler suspense, émotion, humour ou réflexion dans un récit court mais complet.

J’ai aimé écrire mes romans. J’ai tout autant aimé écrire mes nouvelles. J’espère que vous apprécierez ces dernières comme les premiers.

La bande annonce

Youtube - Ainsi a-t-il été - Claude Griesmar

Détails techniques

Broché : 455 pages
Dimensions : 15,24 x 22,86 cm
Éditeur : Autoédition chez Amazon
Parution : mai 2021
ISBN : 979-8739685742

Commander en format papier
Commander en format numérique
Acheter en librairie, Au Bonheur des Livres (Strasbourg)

N’hésitez pas à indiquer vos nouvelles préférées ci-dessous ou dans un commentaire Amazon.

Mes autres écrits

Ainsi a-t-il été (roman)
Mieux vaut très tard que jamais (roman)

Me contacter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *