Gaëlle Nohant – Légende d’un dormeur éveillé

(Roman / 2017)

Couverture du roman Légende d'un dormeur éveillé de Gaëlle Nohant

Vous en rêviez ? Gaëlle Nohant l’a fait ! Elle a voyagé dans le temps. Direction Paris, Montparnasse, la fin des Années folles. L’insouciance, la poésie, la fête, les nuits chaudes, la joie de vivre sans retenue, le partage des corps et des idées, la confrontation des convictions et des valeurs, le refus de l’établi, la volonté de refaire le monde, mais aussi la précarité des artistes qui ont du mal à joindre les deux bouts et les nuages qui s’amoncellent au-dessus de l’Europe. La guerre civile espagnole avec ses questions et ses victimes. Le Front populaire et ses espoirs. Puis le martèlement des bottes. L’odeur nauséabonde de la haine qui traverse les frontières. La guerre qui touche la France. L’Occupation. L’indicible aussi.

Gaëlle Nohant est généreuse. Avec ce livre, elle nous offre un compte-rendu émouvant et précis de son voyage.

Gaëlle Nohant nous gâte au-delà de nos rêves. Durant son voyage elle a suivi le parcours d’un poète, d’un héros, d’un homme de conviction, amoureux, libre dans ses décisions et dans sa tête, même aux pires moments de l’Histoire et de son histoire. Cet homme n’est autre que Robert Desnos, poète surréaliste, résistant, combattant de l’ombre et opposant à toute forme de dictature ou de servitude, amoureux de la vie.

Dans ce récit, Gaëlle Nohant navigue avec élégance et maîtrise entre l’intime du poète et la grande Histoire. Elle partage avec nous le quotidien de Robert Desnos et de l’excessive Youki. Nous vivons avec Robert et Youki, avec leurs amis, Jacques Prévert, Jean-Louis Barrault et Madeleine Renaud, Paul Éluard, Aragon et Cocteau, avec Theodore et Ghita Fraenkel, avec Yvonne George, avec l’intransigeant André Breton, avec Jeanson, Crevel et Artaud, avec Pablo Neruda et Federico García Lorca, avec Picasso, Man Ray et Foujita, avec André Verdet et Michel Hollard, avec des amis rencontrés dans des circonstances tragiques, avec d’abjects individus aussi, connus ou non, qui ont choisi le camp de la haine.

Merci Gaëlle Nohant pour cet hymne à l’amour, à l’amitié, à la vie et à la liberté. Une réussite totale, bouleversante, marquante.

L’auteure et son œuvre

Gaëlle Nohant est née en 1973 à Paris. Elle est notamment l’auteure de cinq romans : L’Ancre des rêves (2007), La part des flammes (2015), Légende d’un dormeur éveillé (2017), La femme révélée (2020), Le bureau d’éclaircissement des destins (2023) et du recueil de nouvelles L’homme dérouté (2010).

Mon Gaëlle Nohant ++

J’ai lu trois romans de Gaëlle Nohant. J’ai été subjugué à chacune de ces lectures.

La part des flammes

(2015)

Quand Gaëlle Nohant entreprend un projet, elle ne fait pas les choses à moitié. Elle s’y investit corps et âme. Ça se ressent à la lecture de ses romans. Elle met ses tripes dans ses livres, les vit autant que ses personnages. Le résultat est bluffant.

Elle ne laisse rien au hasard dans ses romans historiques où on sent le phénoménal et minutieux travail de documentation qui lui permet de nous offrir de passionnantes expériences de lecture, détaillées, réalistes et justes. Comme elle est aussi exigeante avec son écriture qu’avec son contenu et comme elle parvient à y insuffler autant d’émotions que d’actions, d’informations et de descriptions, ses écrits sont un vrai bonheur pour ses lecteurs.

Mai 1897. Le Tout-Paris se presse à la plus mondaine des ventes de charité. Un événement majeur pour les dames de la haute société qui s’y montrent, affichent leur générosité, se comparent les unes aux autres. Et puis, le drame. Un feu se déclare, se propage, les transforme en torches humaines. Les organisateurs sont débordés, les issues inadaptées au nombre de personnes présentes dans le bâtiment.

L’incendie du Bazar de la Charité plonge la capitale dans la stupeur et le deuil. Le nombre de victimes s’alourdit au fil de la fouille des décombres. L’identification sera éprouvante pour les familles. Des corps sont méconnaissables.

La part des flammes suit le destin de trois femmes : Sophie d’Alençon, la soeur de Sissi, qui consacre de son temps et de son argent aux tuberculeux, Violaine de Raezal, une comtesse persona non grata dans son milieu depuis qu’elle est jeune veuve et Constance d’Estingel, une jeune femme de bonne famille qui peine à trouver sa voie entre sentiments et foi. Trois femmes courageuses qui se battent dans un monde dominé par les hommes, les lois et la religion. Gaëlle Nohant pointe du doigt la condition déplorable de la femme en France il y a une grosse centaine d’années à peine.

Ce formidable récit romanesque m’a fait voyager dans le temps. J’avais l’impression d’évoluer en 1897. La restitution de l’époque et le travail sur les personnages imparfaits sont remarquables.

Captivant !

Le bureau d’éclaircissement des destins

(2023)

A chaque lecture d’un roman de Gaëlle Nohant, je ressens l’exigence de l’excellence de l’auteure. Tout est en place, l’histoire, les personnages, chaque phrase, chaque mot. Tout est juste. La rigueur historique, la construction du récit, l’écriture. Je ressens une alchimie entre Gaëlle Nohant et ses écrits. Une plume, une voix, un besoin de crier la vie de ses héros connus ou non à la face du monde. Un peu comme Jacques Brel ou Jean Ferrat dans certaines chansons. Des condensés d’émotion pure. Gaëlle Nohant parvient à réaliser cet exercice périlleux sur l’intégralité de ses romans. Pas une mince affaire. Le bureau d’éclaircissement des destins ne déroge pas à la règle.

Dans ce livre, Gaëlle Nohant rend un extraordinaire hommage aux « effacés » des camps de la mort disparus sans laisser de traces, aux familles déchirées par les assassins et leur implacable programme d’aryennisation qui passait notamment par le Lebensborn, aux survivants qui n’ont jamais réussi à quitter complètement les Lager nazis, aux femmes et aux mères prises dans les griffes de tortionnaires inhumains, à toutes ces victimes innocentes et anonymes.

Gaëlle Nohant met aussi en lumière le formidable travail de l’International Tracing Service et de tous les archivistes qui cherchent, compilent, conservent, essayent de comprendre et de recoller les morceaux, se battent pour la vérité, aident les victimes à se reconstruire par leur travail méticuleux et leur disponibilité lorsque leur domaine s’y prête. Avec patience, persévérance et obstination. Dans l’ombre. Envers et contre tout.

Les titres des chapitres sont des prénoms. Ou comment rendre leur identité aux oubliés et retisser des liens coupés. Beau.

Le bureau d’éclaircissement des destins est un livre authentique, généreux, précis, indispensable.

Extraits

Je ne suis jamais rentrée du camp. J’y suis toujours.

Ce qui est affreux avec les enfants, c’est qu’on ne peut pas les protéger.

Nous étions des morts en sursis.

Chaque nuit, je l’entends. Elle hurle en moi.

À découvrir aussi (clic sur le titre pour en savoir davantage)

D’autres lectures
Alice Zeniter – L’art de perdre
Val McDermid – Série « Tony Hill et Carol Jordan »

Mes écrits
Ainsi a-t-il été
Mieux vaut très tard que jamais
39 hommes en galère
l’R de rien
J’ai couché

Me contacter
Me suivreFacebook Claude Griesmar

Instagram Claude Griesmar

Partager

Daniel Keyes – Des fleurs pour Algernon ♥

(Science-fiction / 1966 / Flowers for Algernon)

Couverture du roman Des fleurs pour Algernon,de Daniel Keyes

Charlie Gordon, 32 ans, est employé dans une boulangerie. Il est simple d’esprit aussi. Ce qui lui vaut d’être victime de moqueries et de farces douteuses, à son insu.

Algernon est une souris de laboratoire. Un traitement a décuplé son intelligence.

Le même traitement est administré à Charlie.

La psychologue Alice Kinnian assiste Charlie Gordon dans sa métamorphose et sa découverte d’un monde qu’il avait habité sans le comprendre.

Commentaire

L’idée de base était très simple. Daniel Keyes en a fait un petit chef-d’œuvre en ajoutant notamment une idée de génie à son idée de base : l’histoire est racontée par Charlie Gordon lui-même, ce qui permet au lecteur de suivre son évolution au fil de ses apprentissages et de ses expériences, physiques et émotionnelles.

Ce roman m’a tenu en haleine, parce qu’une histoire n’est jamais vraiment simple. Il m’a fait rire aussi, pleurer, réfléchir. Au regard que nous portons, consciemment ou non, sur ceux qui sont différents et vulnérables. À la cruauté de certains propos blessants énoncés sur le ton de la plaisanterie. À la place des sentiments dans une vie. À l’importance à donner au savoir. Au bonheur. L’intelligence rend-elle heureux ?

Des fleurs pour Algernon est une leçon d’humanité et d’humilité. Bouleversant.

Ce roman est classé en SF mais il n’est pas nécessaire d’être fan de science-fiction pour l’apprécier pleinement.

À lire au moins une fois dans sa vie.

L’auteur et son œuvre

Daniel Keyes est né le 9 août 1927 à Brooklyn et mort le 15 juin 2014.

Il a notamment écrit Des fleurs pour Algernon, d’abord sous forme de nouvelle en 1959 puis de roman en 1966, et Les mille et une vies de Billy Milligan (The Minds of Billy Milligan, 1981, paru une première fois en France sous le titre Billy Milligan, l’homme aux 24 personnalités) et Les mille et une guerres de Billy Milligan (The Milligan Wars, 1986), deux romans sur Billy Milligan, un violeur jugé non responsable de ses actes en raison de son trouble dissociatif de l’identité. Billy Milligan, l’homme au 24 personnalités a inspiré à M. Night Shyamalan le personnage principal de son film Split.

Daniel Keyes a aussi écrit d’autres nouvelles, cinq romans non traduits en français et un essai, Algernon, Charlie et moi (Algernon, Charlie, and I: A Writer’s Journey, 2000).

Mon Daniel Keyes ++

Je n’ai rien lu d’autre de cet auteur.

À découvrir aussi (clic sur le titre pour en savoir davantage)

D’autres lectures
Isaac Asimov – Les cavernes d’acier
Dezso Kosztolanyi – Anna la douce

Mes écrits
Ainsi a-t-il été
Mieux vaut très tard que jamais
39 hommes en galère
l’R de rien
J’ai couché

Me contacter
Me suivreFacebook Claude Griesmar

Instagram Claude Griesmar

Partager

Ophélie Courtain – Tu n’iras pas fleurir la mienne ♥

(Roman / 2023)

Couverture du roman Tu n'iras pas fleurir la mienne d'Ophélie Courtain

Ghislaine, Farah, Mathilde et Antoine travaillent dans une association venant en aide aux femmes victimes de violences conjugales, des femmes dont la vie alterne entre phases idylliques et enfer à huis clos.

Lorsque l’une d’entre elles meurt sous les coups de son mari, ce drame ébranle leur quotidien. Derrière les portes closes, certaines attitudes éveillent des soupçons, et questionnent d’autant plus les couples en pleine crise.

Alors qu’ils côtoient la violence sous toutes ses formes et pensent savoir la reconnaître, ils découvrent qu’elle se manifeste parfois là où on ne l’attend pas.

(4e de couverture)

Commentaire

Si vous ne deviez acheter qu’un livre cette année, que ce soit celui-là.

Tu n’iras pas fleurir la mienne peut sauver des vies.

Ophélie Courtain a fait un travail considérable avant de se lancer dans l’écriture de ce roman. De documentation, de compilation de témoignages. Puis elle a digéré ces mines d’informations, souvent insoutenables très certainement. Ensuite elle a réfléchi aux personnages de son roman, à l’histoire. Elle a imaginé une construction imparable pour offrir une compréhension optimale des sujets sensibles abordés. Elle n’a rien laissé au hasard. C’est mon ressenti en tout cas. Le résultat est précis, poignant, percutant.

Tu n’iras pas fleurir la mienne aborde cinq thèmes : les violences conjugales et l’emprise amoureuse au sein du couple en premier lieu, mais aussi la différence, le deuil et les relations parents/enfants.

Ce livre est d’une grande justesse. Sur chaque sujet. Du début à la fin. Par sa rigueur et sa précision dans le verbe, et dans une thématique tout à fait différente, il m’a fait penser à La décision de Karine Tuil. Une claque.

Ophélie Courtain n’élude rien en nous parlant des violences conjugales d’une part, de la toxicité des manipulateurs d’autre part. Elle évite avec brio les pièges et clichés du genre. Elle ne fait ni dans le spectaculaire, ni dans le larmoyant. Ophélie Courtain décortique avec le scalpel et nous présente la gangrène et la beauté humaine, sans exagération et sans faux-semblant.

Elle se montre délicate dans le traitement de la différence, pudique dans celui du deuil. Elle nous parle de la famille, de ses non-dits, ses conflits, ses erreurs, son amour, la transmission, des suppositions, des vérités et des secrets emportés à jamais.

Ophélie Courtain traite ces sujets en 284 pages, en approfondissant avec une rare clairvoyance les deux premiers et en intégrant les autres avec une habilité remarquable.

J’ai dévoré ce roman captivant. J’en suis ressorti bouleversé.

Gros coup de coeur pour ce magistral « Tu n’iras pas fleurir la mienne ».

Un livre d’utilité publique. Merci Ophélie Courtain !

Un sérieux candidat au Goncourt ou au Femina.

L’auteure et son œuvre

Ophélie Courtain est une auteure française.

Passionnée par la psychologie et le développement personnel, ses romans décortiquent la complexité des relations humaines à travers des sujets de société qu’elle questionne.

Son premier roman Les coquelicots du désert (2021) traite du burn-out.

Tu n’iras pas fleurir la mienne est son deuxième roman.

Mon Ophélie Courtain ++

Je n’ai pas encore lu le premier roman d’Ophélie Courtain mais ça ne saurait tarder.

À découvrir aussi (clic sur le titre pour en savoir davantage)

D’autres lectures
John Irving – L’oeuvre de Dieu, la part du Diable
Gillian Flynn – Les lieux sombres

Mes écrits
Ainsi a-t-il été
Mieux vaut très tard que jamais
39 hommes en galère
l’R de rien
J’ai couché

Me contacter
Me suivreFacebook Claude Griesmar

Instagram Claude Griesmar

Partager

Theresa Fernandes – Le mariage maya

(Roman / 2023)

Couverture du roman Le mariage maya de Theresa Fernandes

Au festival du cinéma de Deauville, elle tombe amoureuse d’un photographe américain, le suit, croit en des sentiments réciproques. Elle lui pardonne certains comportements étranges : il l’aime tellement. La réalité va finir par la rattraper.

Commentaire

Le mariage maya est un livre fascinant.

La construction du récit. Une alternance entre l’histoire du couple et des scènes de désenvoûtement surréalistes entre un chaman désinvolte et l’héroïne. Une construction qui semble ajouter de la confusion mais qui en réalité permet d’assembler le puzzle pièce par pièce. Une construction qui déroule l’enfer comme si vous y étiez.

L’écriture. Des phrases courtes. Des ellipses. Des protagonistes à la fois très bien décrits et suffisamment anonymes pour pouvoir être n’importe qui. Vous. Moi. Des personnes de notre entourage plus ou moins proche. Des protagonistes d’une vérité effrayante dans un banal quotidien. Une suite d’instantanés. Des couleurs. Des ressentis. Des scènes contemplatives et des scènes à haute tension. Peu de dialogues, mais des dialogues précis et percutants. Un style incisif et original. Du vocabulaire.

Les personnages. Elle est architecte, construit du solide, de l’utile, du concret. On a envie de la sauver. Il est photographe, vole et fige des images, fait paraître des scènes sous leur meilleur angle. Destructeur et haïssable. Et il y a le chaman.

Le sujet. Une femme intelligente sous l’emprise d’un manipulateur pervers narcissique. Toxique. Les méthodes du nuisible : déstabilisation, culpabilisation, dénigrement. Harcèlement et fragilisation. Le cheminement qui mène à l’abîme. Et il y a ce chaman énigmatique.

La couverture. Je n’y suis pas sensible d’habitude. Mais celle-ci est une des plus belles de ma bibliothèque. J’adore.

L’odeur. Les renifleurs de livres seront comblés. Mon exemplaire dégage une fragrance particulière, subtile et enivrante. Les pouvoirs de Theresa Fernandes semblent se confondre avec ceux du chaman. J’ai respiré Le mariage maya. J’ai écouté les pages tourner aussi, pour vivre Le mariage maya par tous les sens.

Petit coup de cœur pour ce roman utile et unique en son genre.

L’auteure et son œuvre

Après un séjour à New York où Theresa Fernandes travaille au théâtre La MaMa avec Ellen Stewart, plusieurs courts métrages dont Le Silence blanc produit par Paulo Branco et une installation, Breaking News, à La Galleria (New York), elle se tourne vers l’écriture littéraire.

Le Mariage maya est son premier roman.

À découvrir aussi (clic sur le titre pour en savoir davantage)

D’autres lectures
Dezso Kosztolanyi – Anna la douce
Amélie Nothomb – Acide sulfurique

Mes écrits
Ainsi a-t-il été
Mieux vaut très tard que jamais
39 hommes en galère
l’R de rien
J’ai couché

Me contacter
Me suivreFacebook Claude Griesmar

Instagram Claude Griesmar

Partager

Fany Simon – Car après tout, tu es mon Wonderwall

(Roman / 2023)

Couverture du roman Car après tout du es mon Wonderwall de Fany Simon

Rose, vingt-trois ans, emménage à Saint-Malo et prépare sa première rentrée scolaire en tant que maîtresse d’école. Sa cousine Lucie qui habite la même ville lui présente ses amis. Mais de profondes cicatrices liées à des événements tragiques de son passé ne sont pas refermées. Ces blessures qui hantent la jeune femme l’empêcheront-elles de trouver le bonheur, d’aimer et d’être aimée en retour ?

Commentaire

J’ai passé un très bon moment avec cet excellent Car après tout, tu es mon Wonderwall, un roman que j’ai dévoré avec l’envie permanente de connaître la suite.

Fany Simon raconte cette histoire avec un vrai talent, une construction habile et des personnages attachants. Elle sait manier l’humour et jouer avec les émotions de ses lecteurs qui passent du rire aux larmes en suivant les aventures de la jeune Rose Abgrall.

Fany Simon a réussi à trouver un bel équilibre entre trois niveaux de lecture complémentaires.

Il y a la romance pour commencer. Avec les codes du genre : des beaux sentiments, des contrariétés, des questionnements et même des scènes qui font monter la température. Mais Car après tout, tu es mon Wonderwall n’est pas juste une romance de plus. Loin de là. Et c’est ce qui fait tout son charme.

Il y a aussi les anecdotes croustillantes sur l’enseignement. J’ai ri. Tout en plaignant Rose, bien entendu. Ce pan sur l’école, comme si on y était, apporte une récréation bienvenue entre la romance et le dernier aspect, bien plus sombre, celui des violences conjugales. Fany Simon décrit les dégâts occasionnés pendant la phase active mais aussi les traumatismes et séquelles invisibles qu’elles laissent sur les victimes des années après les faits et qui nécessitent une laborieuse et indispensable reconstruction.

L’ensemble est enveloppé dans la douceur et la sérénité des descriptions de Saint-Malo, de Cancale, de l’océan et de ce merveilleux cadre breton que Fany Simon connaît si bien.

Un roman intelligent, percutant et utile qui dévoile ses secrets au fil des pages.

L’auteure et son œuvre

Fany Simon vit en Bretagne, à Cancale, cadre de son premier roman. Elle a publié son deuxième roman, Et je pense à toi tout bas, en 2024.

Mon Fany Simon ++

Je n’ai pas encore lu Et je pense à toi tout bas.

À découvrir aussi (clic sur le titre pour en savoir davantage)

D’autres lectures
Frédéric Lenoir – L’oracle della Luna
Soren Sveistrup – Octobre

Mes écrits
Ainsi a-t-il été
Mieux vaut très tard que jamais
39 hommes en galère
l’R de rien
J’ai couché

Me contacter
Me suivreFacebook Claude Griesmar

Instagram Claude Griesmar

Partager

Elizabeth George – Série « Thomas Lynley et Barbara Havers »

(Policier / 1988 – …)

Couverture du roman Enquête dans le brouillard d'Elizabeth George

Thomas Lynley est un riche aristocrate anglais. Il travaille pour Scotland Yard. Barbara Havers, issue d’un milieu populaire, l’assiste dans ses enquêtes.

Dans cette série, le lecteur suit également la vie des amis de Tommy Lynley, le médecin légiste Simon Saint James, Deborah Cotter et Helen Clyde, ainsi que celle de la mère de Barbara Havers.

Commentaire

Elizabeth George est la plus anglaise des romancières américaines et probablement la plume la plus littéraire que j’ai croisée dans le monde des romans policiers. En la lisant, je me dis parfois que je ne lis pas un polar admirablement écrit, mais de la littérature classique qui présente une enquête policière. L’écriture est relevée, mais reste fluide et facile à lire (rien de pompeux ou d’indigeste).

Les enquêtes sont bien ficelées, les indices délivrés au fur et à mesure que le puzzle s’assemble.

D’excellents moments de lecture !

La série compte 21 tomes à ce jour

Enquête dans le brouillard (1988 / A Great Deliverance)
Le lieu du crime (1989 / Payment in Blood)
Cérémonies barbares (1990 / Well-Schooled in Murder)
Une douce vengeance (1991 / A Suitable Vengeance)
Pour solde de tout compte (1992 / For the Sake of Elena)
Mal d’enfant (1992 / Missing Joseph)
Un goût de cendres (1993 / Playing for the Ashes)
Le visage de l’ennemi (1996 / In the Presence of the Enemy)
Le meurtre de la falaise (1997 / Deception on his Mind)
Une patience d’ange (1999 / In Pursuit of the Proper Sinner)
Mémoire infidèle (2001 / A Traitor to Memory)
Un nid de mensonges (2003 / A Place of Hiding)
Sans l’ombre d’un témoin (2005 / With No One as Witness)
Anatomie d’un crime (2006 / What Came Before He Shot Her)
Le rouge du péché (2008 / Careless in Red)
Le cortège de la mort (2010 / This Body of Death)
La ronde des mensonges (2012 / Believing the Lie)
Juste une mauvaise action (2013 / Just One Evil Act)
Une avalanche de conséquences (2015 / A Banquet of Consequences)
La punition qu’elle mérite (2018 / The Punishment She Deserves)
Une chose à cacher (2022 / Something to Hide)

Une lecture dans l’ordre permet de suivre, en plus des enquêtes, l’évolution des relations entre les personnages récurrents.

Il est à noter que le quatrième roman paru, Une douce vengeance, est le premier dans le déroulé de l’histoire. Je les ai lus par ordre chronologique de parution, mais commencer par celui-ci pourrait être une excellente idée.

L’auteure et son œuvre

Elizabeth George est née le 26 février 1949 à Warren dans l’Ohio. Cette romancière américaine place ses romans policiers en Angleterre. Cette passion pour le Royaume-Uni viendrait d’un voyage scolaire qu’elle y a fait à l’âge de 16 ans, sur les traces de William Shakespeare.

Après avoir enseigné l’anglais, puis l’écriture, elle se consacre à son œuvre en publiant son premier roman policier en 1988. Le succès ne se démentira jamais.

Outre sa série phare « Thomas Lynley et Brabara Havers », elle a écrit quatre tomes de la série « The Edge of Nowhere » qui présente Becky, une fille aux pouvoirs paranormaux.

Elle a également écrit un roman court, des recueils de nouvelles et des essais dont Mes secrets d’écrivain (2004 / Write Away) dans lequel elle livre ses secrets d’écrivain et prodigue des conseils d’écriture.

Mon Elizabeth George ++

Je n’ai lu que des « Thomas Lynley et Barbara Havers » de cette auteure. J’ai adoré à chaque fois me plonger dans ses récits bien écrits, aux ambiances prenantes.

À découvrir aussi (clic sur le titre pour en savoir davantage)

D’autres lectures
Agatha Christie – La nuit qui ne finit pas
Ken Grimwood – Replay

Mes écrits
Ainsi a-t-il été
Mieux vaut très tard que jamais
39 hommes en galère
l’R de rien
J’ai couché

Me contacter
Me suivreFacebook Claude Griesmar

Instagram Claude Griesmar

Partager

Lisa Gardner – Série « DD Warren »

(Policier / 2005 – …)

Couverture du roman Sauver sa peau de Lisa Gardner

Cette série nous emmène de l’autre côté de l’Atlantique, aux USA, à Boston.

DD Warren, une policière au caractère bien trempé, intervient sur des crimes sordides. Les enquêtes sont captivantes et menées sur un rythme enlevé.

En parallèle, le lecteur suit la vie personnelle de DD Warren.

Du policier américain standard et ultra-efficace.

Les livres composant la série

(2004 / Alone) roman non traduit en français pour le moment
Sauver sa peau (2007 / Hide)
La maison d’à-côté (2009 / The Neighbor)
Les morsures du passé (2010 / Live to Tell)
Preuves d’amour (2011 / Love You More)
Le septième mois (2012 / The 7th Month) roman court
Arrêtez-moi (2012 / Catch Me)
À même la peau (2014 / Fear nothing)
(2016 / 3 Truths and a Lie) nouvelle non traduite en français
Lumière noire (2016 / Find Her)
(2016 / The 4th Man) roman court non traduit en français
Retrouve-moi (2018 / Look For Me)
On ne meurt que deux fois (2019 / The Guy Who Died Twice) roman court
N’avoue jamais (2019 / Never tell)
Au premier regard (2020 / When you see me)

Une lecture dans l’ordre permet de suivre, en plus des enquêtes, l’évolution de la vie personnelle de DD Warren.

L’auteure et son œuvre

Lisa Gardner est née en 1972. Elle a grandi à Hillsboro, en Oregon. Cette auteure américaine a écrit plusieurs séries policières outre celle avec DD Warren comme personnages principal. Les plus connues sont « FBI Profiler », 8 romans, avec les profileurs Pierce Quincy et sa fille Kimberly Quincy, et Rainie Conner, une ancienne policière devenue enquêtrice privée, et « Tessa Leoni », 3 romans, dont la protagoniste est une ancienne collègue de DD Warren. Il y a d’ailleurs des apparitions de l’un ou l’autre héros d’une série dans une autre.

Lisa Gardner a par ailleurs écrit 3 romans de la série « Frankie Elkin » et des romans indépendants. Elle a aussi publié sous le pseudo d’Alicia Scott.

Mon Lisa Gardner ++

J’ai lu et adoré la série « DD Warren » mais je n’ai pas encore terminé les « Tessa Leoni ».

La série « Tessa Leoni »

Preuves d’amour (2011 / Love You More)
Famille parfaite (2013 / Touch & Go)
Le Saut de l’ange (2015 / Crash & Burn)

À découvrir aussi (clic sur le titre pour en savoir davantage)

D’autres lectures
Gillian Flynn – Les lieux sombres
Laure Gombault – Vis-à-vis

Mes écrits
Ainsi a-t-il été
Mieux vaut très tard que jamais
39 hommes en galère
l’R de rien
J’ai couché

Me contacter
Me suivreFacebook Claude Griesmar

Instagram Claude Griesmar

Partager

Anne Perry – Série « Charlotte Ellison et Thomas Pitt »

(Policier / 1979 – 2016)

Couverture du roman L'étrangleur de Cater Street d'Anne Perry

Anne Perry nous plonge dans l’Angleterre victorienne des années 1880-90, une époque qui ne transige pas avec les classes sociales. Le policier Thomas Pitt fera souvent la désagréable expérience d’être très mal considéré par les gens de la haute société en raison de son statut social. Ce qui ne l’empêchera pas d’enquêter jusqu’au bout lorsque des personnages en vue sont impliqués dans des meurtres ou des scandales liés à la morale.

Commentaire

Cette série plaira aux fans de polars historiques. L’écriture est magnifique, les romans riches en détails. Je voyage dans le temps quand je m’immerge dans un de ces romans.

Anne Perry n’épargne pas la bonne société qui pense avoir tous les droits sur les petites gens, ni les riches propriétaires sans scrupules qui extorquent leurs derniers sous aux indigents tout en les logeant dans des locaux insalubres. Elle pointe aussi du doigt la condition féminine.

Cette excellente série est autant une suite de romans policiers qu’une étude de moeurs d’une époque révolue. Les personnages sont formidables. Un régal !

Les 32 tomes de la série :

L’Étrangleur de Cater Street (1979 / 01. The Cater Street Hangman)
Le Mystère de Callander Square (1980 / 02. Callander Square)
Le Crime de Paragon Walk (1981 / 03. Paragon Walk)
Resurrection Row (1981 / 04. Resurrection Row)
Rutland Place (1983 / 05. Rutland Place)
Le Cadavre de Bluegate Fields (1984 / 06. Bluegate Fields)
Mort à Devil’s Acre (1985 / 07. Death in the Devil’s Acre)
Meurtres à Cardington Crescent (1987 / 08. Cardington Crescent)
Silence à Hanover Close (1988 / 09. Silence in Hanover Close)
L’Égorgeur de Westminster Bridge (1990 / 10. Bethlehem Road)
L’Incendiaire de Highgate (1991 / 11. Highgate Rise)
Belgrave Square (1992 / 12. Belgrave Square)
Le Crucifié de Farriers’ Lane (1993 / 13. Farriers’ Lane)
Le Bourreau de Hyde Park (1994 / 14. The Hyde Park Headsman)
Traitors Gate (1995 / 15. Traitors Gate)
Pentecost Alley (1996 / 16. Pentecost Alley)
Ashworth Hall (1997 / 17. Ashworth Hall)
Brunswick Gardens (1998 / 18. Brunswick Gardens)
Bedford Square (1999 / 19. Bedford Square)
Half Moon Street (2000 / 20. Half Moon Street)
La Conspiration de Whitechapel (2001 / 21. The Whitechapel Conspiracy)
Southampton Row (2002 / 22. Southampton Row)
Seven Dials (2003 / 23. Seven Dials)
Long Spoon Lane (2006 / 24. Long Spoon Lane)
Buckingam Palace Gardens (2009 / 25. Buckingam Palace Gardens)
Lisson Grove (2010 / 26. Treason at Lisson Grove)
Dorchester Terrace (2012 / 27. Dorchester Terrace)
Bryanston Mews (2013 / 28. Midnight at Marble Arch)
L’Inconnue de Blackheath (2014 / 29. Death On Blackheath)
La Disparue d’Angel Court (2015 / 30. The Angel Court Affair)
L’Attentat de Lancaster Gate (2016 / 31. Treachery at Lancaster Gate)
Un traître à Kensington Palace (2016 / 32. Murder on the Serpentine)

Une lecture dans l’ordre permet de suivre, en plus des enquêtes, l’évolution des relations entre les personnages récurrents et de certains combats sociaux de l’époque.

L’auteure et son œuvre

Anne Perry, de son vrai nom Juliet Marion Hulme, est née le 28 octobre 1938 à Londres et morte le 10 avril 2023 à Los Angeles. En 1944, elle est malade des bronches. En 1948, son père accepte un travail de recteur en Nouvelle-Zélande, alors réputée pour ses sanatoriums. En 1951, elle contracte la tuberculose. Isolée, elle ne peut voir personne et correspond tous les jours avec son amie Pauline Parker. En 1954, ses parents lui annoncent leur divorce et leur intention de l’envoyer chez une tante en Afrique du Sud. La séparation est inacceptable pour les deux jeunes filles. Elles imaginent Pauline accompagner son amie. La mère de Pauline refuse. Les deux adolescentes planifient de la tuer et passent à l’acte. Leur explication évoquant un accident ne tient pas la route. Elles sont trop jeunes pour être condamnées à la peine de mort. Elles feront cinq ans de prison et changeront de nom. Cette histoire ne ressortira dans les médias qu’en 1994. Entre-temps, Anne Perry avait percée en tant qu’auteure en 1979 et était devenue célèbre avec ses romans policiers historiques.

Outre la série mettant en scène Charlotte et Thomas, Anne Perry a écrit une autre série se déroulant dans l’Angleterre des années 1850-60 : la série « William Monk », 24 tomes, dont les personnages principaux sont le policier amnésique William Monk, l’infirmière Hester Latterly et l’avocat Oliver Rathbone.

Anne Perry a d’autres écrits à son actif : la série « Celie » se déroulant dans le Paris de la révolution française (2 tomes), la série « Joseph et Matthew Reavley » dont l’action se situe durant la première guerre mondiale (5 tomes), une série consacrée à Daniel Pitt (6 tomes), une série de nouvelles de Noël (20 tomes), une série jeunesse « Timepiece » (4 tomes), une série « Elena Standish » (5 tomes) et des romans et nouvelles indépendants, dont deux romans fantastiques non traduits en français à ce jour. Une auteure prolifique !

Mon Anne Perry ++

J’ai adoré la série « Charlotte Ellison et Thomas Pitt », même si je ne l’ai pas encore terminée et il en est de même de la série « William Monk ». Un voyage dans le temps, délicieux et terrible, à chaque fois que je me plonge dans un de ces romans.

La série « William Monk » (1990-2018)

Un étranger dans le miroir (1990 / 1. The Face of a Stranger)
Un deuil dangereux (1991 / 2. A Dangerous Mourning)
Défense et Trahison (1992 / 3. Defend and Betray)
Vocation fatale (1993 / 4. A Sudden, Fearful Death)
Des âmes noires (1994 / 5. The Sins of the Wolf)
La Marque de Caïn (1995 / 6. Cain His Brother)
Scandale et Calomnie (1996 / 7. Weighed in the Balance)
Un cri étranglé (1997 / 8. The Silent Cry)
Mariage impossible (1997 / 9. Whited Sepulchres (GB) A Breach of Promise (USA))
Passé sous silence (1999 / 10. The Twisted Root)
Esclaves du passé (2000 / 11. Slaves of Obsession)
Funérailles en bleu (2001 / 12. Funeral in Blue)
Mort d’un étranger (2002 / 13. Death of a Stranger)
Meurtres sur les docks (2004 / 14. The Shifting Tide)
Meurtres souterrains (2006 / 15. Dark Assassin)
Mémoire coupable (2009 / 16. Execution Dock)
La fin justifie les moyens (2010 / 17. Acceptable Loss)
Une mer sans soleil (2012 / 18. A Sunless Sea)
Une question de justice (2013 / 19. Blind Justice)
Du sang sur la Tamise (2014 / 20. Blood on the Water)
Le Couloir des ténèbres (2015 / 21. Corridors of the Night)
Vengeance en Eau Froide (2016 / 22. Revenge in a Cold River)
Meurtre en écho (2017 / 23. An Echo of Murder)
Marée Funèbre (2018 / 24. Dark Tide Rising)

À découvrir aussi (clic sur le titre pour en savoir davantage)

D’autres lectures
Dezso Kosztolanyi – Anna la douce
Agatha Christie – La nuit qui ne finit pas

Mes écrits
Ainsi a-t-il été
Mieux vaut très tard que jamais
39 hommes en galère
l’R de rien
J’ai couché

Me contacter
Me suivreFacebook Claude Griesmar

Instagram Claude Griesmar

Partager

Florence Tholozan – L’écho de nos jours

(Roman / 2022)

Couverture du roman L'écho de nos jours, de Florence Tholozan

Saskia est au fond du trou. Son amoureux l’a abandonnée au profit d’une autre. Un papier trouvé dans la poche d’un panier va bouleverser sa vie.

Prêts à embarquer pour un voyage coloré et lumineux ?

Commentaire

Ne vous fiez pas aux quatre phrases de mon accroche ! Le roman de Florence Tholozan est beaucoup plus complexe que cette intro pourrait le laisser supposer. Dans le bon sens du terme. Alors oui, les fans de romances avec rebondissements y trouveront leur compte, mais l’intérêt de ce livre réside à mon sens surtout dans les autres sujets traités avec intelligence et talent par l’auteure.

Florence Tholozan décortique le couple. Elle nous offre une analyse fine et perspicace de son fonctionnement, de ses fragilités, de ce qui peut l’amener à dysfonctionner.

Ensuite, elle décrit avec justesse les traumatismes, les séquelles possibles, conscientes ou inconscientes, les étapes de la courbe de deuil suivant la sensibilité de chacun. Traumatismes liés à une rupture, bien sûr, mais pas uniquement.

Elle dénonce aussi l’insupportable. Des pratiques subies par les femmes il n’y a pas si longtemps encore sous le couvert de la Religion dans un beau pays européen connu pour l’accueil chaleureux de sa population. Et des agressions qui font hélas partie du quotidien un peu partout dans le monde.

Bien sombre, tout ça ? Où donc est ce voyage coloré et lumineux annoncé plus haut ?

J’en reviens au talent de Florence Tholozan. Elle aborde ces thématiques graves sans miner le moral du lecteur. Au contraire. Elle invite celui-ci en Indonésie, à Bali, et lui fait découvrir des paysages, des coutumes, des pratiques spirituelles étonnantes et même la gastronomie locale lors d’un étourdissant voyage plein de couleurs, de saveurs et de bienveillance. Elle lui donne le sourire.

Le parfait équilibre de L’écho de nos jours entre ombres et lumière est une des grandes réussites de ce roman. Il lui donne de la force et l’envie au lecteur de tourner les pages pour connaître le fin mot de cette histoire captivante.

Dépaysement garanti !

L’auteure et son œuvre

Florence Tholozan vit près de Montpellier. L’écho de nos jours est son deuxième roman après La Chinoise du tableau, traduit en plusieurs langues et récompensé par le Prix Paroles d’Auteur(e)s.

Mon Florence Tholozan ++

Je n’ai pas encore lu son premier roman.

À découvrir aussi (clic sur le titre pour en savoir davantage)

D’autres lectures
Nina George – La lettre oubliée
Mircea Cartarescu – Solénoïde

Mes écrits
Ainsi a-t-il été
Mieux vaut très tard que jamais
39 hommes en galère
l’R de rien
J’ai couché

Me contacter
Me suivreFacebook Claude Griesmar

Instagram Claude Griesmar

Partager

Célia Costéja – Ab intestat

(Roman / 2023)

Couverture du roman Ab intestat, de Célia Costéja

Nicolas, le meilleur ami de Marina, la narratrice, trouve un journal intime dans le grenier de son grand-père. Texte sombre écrit par un membre de la famille que personne n’a jamais mentionné. Le début d’une aventure inquiétante pour les deux étudiants. Ils se lanceront sur les traces d’un fantôme et déterreront des événements vieux de cinquante ans. Leur enquête leur révèlera aussi des pans cachés d’eux-mêmes.

Commentaire

Ne tournons pas autour du pot : j’ai adoré ce roman de Célia Costéja, le premier mais pas le dernier que je lis de cette auteure talentueuse.

J’ai été subjugué par l’ambiance troublante que Célia Costéja a réussi à insuffler dans cette quête mystérieuse exhumant des secrets du passé. L’auteure a habilement mêlé deux thèmes qui me sont chers à son histoire : la littérature et la musique. Les livres semblent prendre vie durant cet été de tous les dangers. La musique les accompagne, tel un esprit aux intentions incertaines flottant autour des protagonistes. Je vivais les angoisses de Nina au fil de pages. Je me creusais la cervelle pour trouver avec elle le fin mot de l’histoire.

Le génie de ce roman va au-delà de cette quête, redoutable fil conducteur qui tient en haleine jusqu’au bout. Célia Costéja inclut avec discrétion et efficacité de nombreux autres sujets dans son histoire : le temps qui passe, la difficulté de grandir, de s’accepter et de trouver sa place dans notre monde, la confrontation des classes sociales, les conflits générationnels. Des sujets qui me tiennent à coeur. Tout comme le regard avisé sur la ville et la campagne, la lutte entre le coeur et la raison, entre les obligations familiales et les aspirations personnelles, entre la science et l’art. Sans oublier la complexité des sentiments et les difficultés à trouver l’âme soeur.

Le tout servi par une écriture fluide et précise qui dynamise le récit.

Petit coup de coeur pour Ab intestat, livre riche au titre énigmatique, roman inclassable et captivant qui continue à faire réfléchir une fois qu’on l’a refermé.

L’auteure et son œuvre

Célia Costéja est née à Montpellier. Elle a notamment poursuivi des études en Musicologie et en Chant lyrique. Ab intestat est son premier roman. Elle en a écrit un deuxième : Clair/Obscur. Le troisième est pour bientôt.

Mon Célia Costéja ++

Je n’ai pas encore lu son deuxième roman.

À découvrir aussi (clic sur le titre pour en savoir davantage)

D’autres lectures
Philipp Meyer – Le fils
Jack London – Martin Eden

Mes écrits
Ainsi a-t-il été
Mieux vaut très tard que jamais
39 hommes en galère
l’R de rien
J’ai couché

Me contacter
Me suivreFacebook Claude Griesmar

Instagram Claude Griesmar

Partager