Claude Griesmar – Ainsi a-t-il été

(Roman / 2020)

Couverture du roman Ainsi a-t-il été de Claude Griesmar

Quatrième de couverture

Nouveau Monde, seconde moitié du 19ème siècle.

La famille Flanagan vit à l’écart de la civilisation. Dans leur petite maison à l’orée de la forêt, le père veille au respect scrupuleux des Douze Commandements de Dieu. Il espère ainsi protéger les siens d’une terrible malédiction.

Loin des Flanagan, Tom Doe apprend les rudes réalités de l’existence dans un orphelinat. Il ignore encore qu’il a failli changer le cours de l’Histoire. Contraint de se frotter à la loi du plus fort, il misera sur sa sagacité pour ne pas sombrer.

Tous se battent pour survivre, pour ce en quoi ils croient, pour ceux qu’ils aiment. Et font des choix, certains lourds de conséquences.

Anna Flanagan raconte leur histoire, dure, parfois violente, mais aussi émouvante.

Extraits

Je craignais Dieu, j’aimais Papa et je me sentais coupable d’avoir incité Alvin à désobéir à l’un et à l’autre. J’étais une petite fille naïve et crédule à l’époque. Mais comment aurait-il pu en être autrement dans l’environnement si particulier dans lequel nous grandissions ?

Le paysage désolé n’avait rien pour me rassurer. Moi qui étais habituée à la présence protectrice d’arbres géants, j’étais entourée de vastes étendues d’eau où perçaient de rares arbrisseaux, de maigres buissons et des excroissances de végétation biscornue qu’enlaçaient des enchevêtrements de lianes ressemblant à des amas de membres humains entassés les uns sur les autres. J’imaginai des mains s’agiter dans ces mêlées confuses, implorant grâce et pitié.

Tom Doe ne prêtait pas plus foi à l’une ou à l’autre de ces histoires. Peut-être que la vérité était encore différente de ce qui se racontait. Il n’était convaincu que d’une chose : le sang avait coulé entre ces murs, la mort y avait festoyé et ces fantômes du passé allaient resurgir avant que quiconque n’y retrouvât le sommeil.

Sigrid remarqua ma mine perplexe.
« Toi aussi, tu trouves la moustache de Georgina bizarre ?
– Sigrid !
– Oui maman, je me tais. »

 Il y a ceux qui meurent jeunes, ceux qui meurent violemment, ceux qui partent et dont on n’a plus de nouvelles, ceux qui s’installent et se reproduisent, leur progéniture puis les enfants de leurs enfants répétant ce processus à l’identique. Et enfin, il y a ceux qui restent, seuls, sans l’avoir choisi vraiment. Des délaissés. Des malchanceux. Ceux qui ne se trouvent pas au bon endroit au bon moment. Les hasards de la vie.

La parole à Anna Flanagan

Vous êtes venu. Finalement.

Vous avez découvert notre havre de paix isolé de la barbarie humaine. Notre coin de paradis, comme l’appelaient Papa et Maman. Et sur la table fabriquée par mon oncle, le coffret contenant ces pages noircies par mes crayons.

Permettez-moi, permettez-nous de vous saluer. De vous observer tandis que vous prendrez connaissance de ce que j’ai décidé de vous raconter. Notre histoire.

Je m’appelle Anna. Je suis la cadette des Flanagan. Si vous vous concentrez fort, vous m’apercevrez, ici, assise dans le fauteuil près de la cheminée. Vous distinguerez aussi mon grand frère Alvin, et ses yeux brillant de mille rêves. Et ma petite sœur Rebecca qui vous confirmera de la tête la véracité de cet étrange récit. Et Tom Doe, si cher à mon cœur, vous encourageant d’un sourire.

Allez-y, je vous en prie. Ne vous souciez pas de nous. Lisez. Nous guetterons vos réactions. Sans doute serez-vous effrayé par certains passages, par ce que nous avons traversé. Mais de grâce, n’abandonnez pas. Soyez près de nous, acceptez nos mots, aussi durs puissent-ils être. Parce qu’ils sont notre vie. Parce qu’ainsi a-t-il été.

Secrets de fabrication

« Ainsi a-t-il été » est mon premier roman publié. L’histoire de la famille Flanagan et de Tom Doe ne s’est pas écrite en un jour. Les premières lignes datent de début août 2013. De mai à juillet de cette année, j’avais imaginé le scénario. Avec un découpage en trois parties, au sein desquelles je me laissais une liberté totale quant au nombre de petits chapitres composant chaque partie. Je ne m’étais pas fixé de taille de roman. Pas de remplissage, ni de restrictions. La plume était libre d’évoluer à sa guise, les personnages de raconter leur histoire.

Ma première version terminée date de fin juin 2017. Une version naturellement loin d’être au point. S’en suivirent de nombreux mois de relectures et de corrections. Avec des périodes de repos, pour pouvoir relire avec un regard neuf. Puis une ouverture à un cercle de proches, de moins proches, d’inconnus, pour avoir des avis, rectifier, améliorer encore.

La version disponible aujourd’hui est donc le fruit d’un travail de longue haleine, l’aboutissement d’un projet mûrement réfléchi. Une version prête pour le grand lancement.

Je n’ai pas écrit en continu « Ainsi a-t-il été » depuis 2013. Il y a eu des coupures, d’autres occupations, la vie.

Je souhaitais écrire un beau roman, une belle histoire. Pas très original comme objectif me direz-vous. Mais plus compliqué à atteindre qu’à définir. J’ai pris du temps et fait de mon mieux pour y parvenir.

Les personnages de « Ainsi a-t-il été » ont des qualités mais aussi des défauts. Personne n’est parfait dans la vraie vie. Dans ce roman non plus. Dans la galerie de portraits proposés, j’affectionne tout particulièrement Sigrid Rovendahl. Elle aurait certainement mérité qu’un roman complet lui soit consacré.

Initialement, j’avais prévu une fin légèrement différente, mais mes personnages en ont décidé autrement. Et, entre nous, ils ont eu bien raison.

Lu dans la presse

« Ainsi a-t-il été », manuscrit retrouvé d’Anna Flanagan et enfin disponible dans nos contrées, constitue la bonne surprise littéraire de ce début d’année. Ce récit vous permettra de voyager dans l’espace (nous changeons de continent) et le temps (les années dix-huit cents) sans bouger de votre salon. Cet excellent remède contre les désagréments du quotidien fera la joie des lecteurs qui rêvent de s’évader vers un ailleurs riche en émotions et en rebondissements. À tous, il propose une réflexion saisissante sur la quête du bonheur, l’intolérance, les croyances, le temps qui passe, la famille. « Ainsi a-t-il été », au-delà de ces considérations cérébrales, est avant tout une formidable aventure humaine ! »

L’Étoile de Balançon, édition du 27 mars 1930

Détails techniques

Broché : 547 pages
Dimensions : 15,24 x 22,86 cm
Éditeur : Autoédition chez Amazon
Parution : mars 2020
ISBN : 979-8616747679

Commander en format papier
Commander en format numérique
Acheter en librairie, Au Bonheur des Livres (Strasbourg)

Mes autres écrits

Mieux vaut très tard que jamais (roman)
39 hommes en galère (nouvelles)

Me contacter

16 réflexions sur “ Claude Griesmar – Ainsi a-t-il été

    1. Merci Angie. J’espère que le plaisir est au bout de l’impatience et que ce roman saura pleinement te satisfaire.

  1. Je suis réellement intriguée et très impatiente de découvrir tes talents d’auteurs. Une face cachée et bien cachée durant toutes ces années….

    1. Merci Béa. Talents je ne sais pas. Face cachée, oui, je l’avoue. Tant que tout ceci n’était pas concrétisé, je ne souhaitais pas l’officialiser. Maintenant, ça y est !

  2. Bravo, je vais bien évidemment lire ton roman et en faire la pub autour de moi. Je te souhaite le meilleur pour ce livre. Je me demande comment tu as fait pour gérer notre groupe de pronostiqueurs et écrire en même temps. Je te tire mon chapeau.

    1. Merci Kris. Ton soutien est bien entendu précieux. Et promis, notre petit groupe n’a pas été ma source d’inspiration.

  3. Bravo pour ton projet, je te souhaite autant de réussite que les Champions de l’ASSE Forever !

    1. Merci Jul. Comme tu l’as constaté, la couverture de mon premier roman est verte. Il n’aurait pu en être autrement.

  4. Félicitations pour la sortie de ton ouvrage. Meilleurs vœux de succès. C’est assurément une des cures contre le virus : rester chez soi et lire.

    1. Merci Shussbar. La lecture aide bien entendu à oublier les désagréments causés par le virus du moment. En espérant qu’il ne soit bientôt plus qu’un mauvais souvenir. Le bonjour aux States.

  5. Hâte de te lire mon ami. Après toutes ces années passées sur notre site de pronostics favori (on est les champions…) je vais découvrir une autre facette de tes talents !

    1. Merci Laurent. Champions forever, oui. Que la découverte de mon roman te soit aussi agréable que la choucroute que tu as pu déguster dans ma contrée.

  6. Heureux que ton projet voit le jour ! J’avais hâte d’assister à la naissance de ce roman. Il saura surprendre, intriguer et captiver celles et ceux qui découvriront le destin de la famille Flanagan.

    1. Merci Jacques ! Les Flanagan sont lancés. Qu’ils fassent bon voyage et qu’ils trouvent leurs lecteurs. Qu’ils suivent la trace, dans un autre genre, de tes magnifiques Mondes mêlés.

  7. Je suis fière de voir que Claude, que j’ai connu alors que nous étions étudiants et qui a toujours écrit, ait enfin publié un livre ! Hâte de le lire, je suis sûre que je ne serai pas déçue!

    1. Merci Fabie ! Les soirées du Jedi occupent toujours une place de choix dans mon cœur. J’espère que ce livre tant attendu illumine tes moments de lecture. Le bonjour à Nouméa !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *