Lisa Gardner – Série « DD Warren »

(Policier / 2005 – …)

Couverture du roman Sauver sa peau de Lisa Gardner

Cette série nous emmène de l’autre côté de l’Atlantique, aux USA, à Boston.

DD Warren, une policière au caractère bien trempé, intervient sur des crimes sordides. Les enquêtes sont captivantes et menées sur un rythme enlevé.

En parallèle, le lecteur suit la vie personnelle de DD Warren.

Du policier américain standard et ultra-efficace.

Les livres composant la série

(2004 / Alone) roman non traduit en français pour le moment
Sauver sa peau (2007 / Hide)
La maison d’à-côté (2009 / The Neighbor)
Les morsures du passé (2010 / Live to Tell)
Preuves d’amour (2011 / Love You More)
Le septième mois (2012 / The 7th Month) roman court
Arrêtez-moi (2012 / Catch Me)
À même la peau (2014 / Fear nothing)
(2016 / 3 Truths and a Lie) nouvelle non traduite en français
Lumière noire (2016 / Find Her)
(2016 / The 4th Man) roman court non traduit en français
Retrouve-moi (2018 / Look For Me)
On ne meurt que deux fois (2019 / The Guy Who Died Twice) roman court
N’avoue jamais (2019 / Never tell)
Au premier regard (2020 / When you see me)

Une lecture dans l’ordre permet de suivre, en plus des enquêtes, l’évolution de la vie personnelle de DD Warren.

L’auteure et son œuvre

Lisa Gardner est née en 1972. Elle a grandi à Hillsboro, en Oregon. Cette auteure américaine a écrit plusieurs séries policières outre celle avec DD Warren comme personnages principal. Les plus connues sont « FBI Profiler », 8 romans, avec les profileurs Pierce Quincy et sa fille Kimberly Quincy, et Rainie Conner, une ancienne policière devenue enquêtrice privée, et « Tessa Leoni », 3 romans, dont la protagoniste est une ancienne collègue de DD Warren. Il y a d’ailleurs des apparitions de l’un ou l’autre héros d’une série dans une autre.

Lisa Gardner a par ailleurs écrit 3 romans de la série « Frankie Elkin » et des romans indépendants. Elle a aussi publié sous le pseudo d’Alicia Scott.

Mon Lisa Gardner ++

J’ai lu et adoré la série « DD Warren » mais je n’ai pas encore terminé les « Tessa Leoni ».

La série « Tessa Leoni »

Preuves d’amour (2011 / Love You More)
Famille parfaite (2013 / Touch & Go)
Le Saut de l’ange (2015 / Crash & Burn)

À découvrir aussi (clic sur le titre pour en savoir davantage)

D’autres lectures
Gillian Flynn – Les lieux sombres
Laure Gombault – Vis-à-vis

Mes écrits
Ainsi a-t-il été
Mieux vaut très tard que jamais
39 hommes en galère
l’R de rien
J’ai couché

Me contacter
Me suivreFacebook Claude Griesmar

Instagram Claude Griesmar

Partager

Anne Perry – Série « Charlotte Ellison et Thomas Pitt »

(Policier / 1979 – 2016)

Couverture du roman L'étrangleur de Cater Street d'Anne Perry

Anne Perry nous plonge dans l’Angleterre victorienne des années 1880-90, une époque qui ne transige pas avec les classes sociales. Le policier Thomas Pitt fera souvent la désagréable expérience d’être très mal considéré par les gens de la haute société en raison de son statut social. Ce qui ne l’empêchera pas d’enquêter jusqu’au bout lorsque des personnages en vue sont impliqués dans des meurtres ou des scandales liés à la morale.

Commentaire

Cette série plaira aux fans de polars historiques. L’écriture est magnifique, les romans riches en détails. Je voyage dans le temps quand je m’immerge dans un de ces romans.

Anne Perry n’épargne pas la bonne société qui pense avoir tous les droits sur les petites gens, ni les riches propriétaires sans scrupules qui extorquent leurs derniers sous aux indigents tout en les logeant dans des locaux insalubres. Elle pointe aussi du doigt la condition féminine.

Cette excellente série est autant une suite de romans policiers qu’une étude de moeurs d’une époque révolue. Les personnages sont formidables. Un régal !

Les 32 tomes de la série :

L’Étrangleur de Cater Street (1979 / 01. The Cater Street Hangman)
Le Mystère de Callander Square (1980 / 02. Callander Square)
Le Crime de Paragon Walk (1981 / 03. Paragon Walk)
Resurrection Row (1981 / 04. Resurrection Row)
Rutland Place (1983 / 05. Rutland Place)
Le Cadavre de Bluegate Fields (1984 / 06. Bluegate Fields)
Mort à Devil’s Acre (1985 / 07. Death in the Devil’s Acre)
Meurtres à Cardington Crescent (1987 / 08. Cardington Crescent)
Silence à Hanover Close (1988 / 09. Silence in Hanover Close)
L’Égorgeur de Westminster Bridge (1990 / 10. Bethlehem Road)
L’Incendiaire de Highgate (1991 / 11. Highgate Rise)
Belgrave Square (1992 / 12. Belgrave Square)
Le Crucifié de Farriers’ Lane (1993 / 13. Farriers’ Lane)
Le Bourreau de Hyde Park (1994 / 14. The Hyde Park Headsman)
Traitors Gate (1995 / 15. Traitors Gate)
Pentecost Alley (1996 / 16. Pentecost Alley)
Ashworth Hall (1997 / 17. Ashworth Hall)
Brunswick Gardens (1998 / 18. Brunswick Gardens)
Bedford Square (1999 / 19. Bedford Square)
Half Moon Street (2000 / 20. Half Moon Street)
La Conspiration de Whitechapel (2001 / 21. The Whitechapel Conspiracy)
Southampton Row (2002 / 22. Southampton Row)
Seven Dials (2003 / 23. Seven Dials)
Long Spoon Lane (2006 / 24. Long Spoon Lane)
Buckingam Palace Gardens (2009 / 25. Buckingam Palace Gardens)
Lisson Grove (2010 / 26. Treason at Lisson Grove)
Dorchester Terrace (2012 / 27. Dorchester Terrace)
Bryanston Mews (2013 / 28. Midnight at Marble Arch)
L’Inconnue de Blackheath (2014 / 29. Death On Blackheath)
La Disparue d’Angel Court (2015 / 30. The Angel Court Affair)
L’Attentat de Lancaster Gate (2016 / 31. Treachery at Lancaster Gate)
Un traître à Kensington Palace (2016 / 32. Murder on the Serpentine)

Une lecture dans l’ordre permet de suivre, en plus des enquêtes, l’évolution des relations entre les personnages récurrents et de certains combats sociaux de l’époque.

L’auteure et son œuvre

Anne Perry, de son vrai nom Juliet Marion Hulme, est née le 28 octobre 1938 à Londres et morte le 10 avril 2023 à Los Angeles. En 1944, elle est malade des bronches. En 1948, son père accepte un travail de recteur en Nouvelle-Zélande, alors réputée pour ses sanatoriums. En 1951, elle contracte la tuberculose. Isolée, elle ne peut voir personne et correspond tous les jours avec son amie Pauline Parker. En 1954, ses parents lui annoncent leur divorce et leur intention de l’envoyer chez une tante en Afrique du Sud. La séparation est inacceptable pour les deux jeunes filles. Elles imaginent Pauline accompagner son amie. La mère de Pauline refuse. Les deux adolescentes planifient de la tuer et passent à l’acte. Leur explication évoquant un accident ne tient pas la route. Elles sont trop jeunes pour être condamnées à la peine de mort. Elles feront cinq ans de prison et changeront de nom. Cette histoire ne ressortira dans les médias qu’en 1994. Entre-temps, Anne Perry avait percée en tant qu’auteure en 1979 et était devenue célèbre avec ses romans policiers historiques.

Outre la série mettant en scène Charlotte et Thomas, Anne Perry a écrit une autre série se déroulant dans l’Angleterre des années 1850-60 : la série « William Monk », 24 tomes, dont les personnages principaux sont le policier amnésique William Monk, l’infirmière Hester Latterly et l’avocat Oliver Rathbone.

Anne Perry a d’autres écrits à son actif : la série « Celie » se déroulant dans le Paris de la révolution française (2 tomes), la série « Joseph et Matthew Reavley » dont l’action se situe durant la première guerre mondiale (5 tomes), une série consacrée à Daniel Pitt (6 tomes), une série de nouvelles de Noël (20 tomes), une série jeunesse « Timepiece » (4 tomes), une série « Elena Standish » (5 tomes) et des romans et nouvelles indépendants, dont deux romans fantastiques non traduits en français à ce jour. Une auteure prolifique !

Mon Anne Perry ++

J’ai adoré la série « Charlotte Ellison et Thomas Pitt », même si je ne l’ai pas encore terminée et il en est de même de la série « William Monk ». Un voyage dans le temps, délicieux et terrible, à chaque fois que je me plonge dans un de ces romans.

La série « William Monk » (1990-2018)

Un étranger dans le miroir (1990 / 1. The Face of a Stranger)
Un deuil dangereux (1991 / 2. A Dangerous Mourning)
Défense et Trahison (1992 / 3. Defend and Betray)
Vocation fatale (1993 / 4. A Sudden, Fearful Death)
Des âmes noires (1994 / 5. The Sins of the Wolf)
La Marque de Caïn (1995 / 6. Cain His Brother)
Scandale et Calomnie (1996 / 7. Weighed in the Balance)
Un cri étranglé (1997 / 8. The Silent Cry)
Mariage impossible (1997 / 9. Whited Sepulchres (GB) A Breach of Promise (USA))
Passé sous silence (1999 / 10. The Twisted Root)
Esclaves du passé (2000 / 11. Slaves of Obsession)
Funérailles en bleu (2001 / 12. Funeral in Blue)
Mort d’un étranger (2002 / 13. Death of a Stranger)
Meurtres sur les docks (2004 / 14. The Shifting Tide)
Meurtres souterrains (2006 / 15. Dark Assassin)
Mémoire coupable (2009 / 16. Execution Dock)
La fin justifie les moyens (2010 / 17. Acceptable Loss)
Une mer sans soleil (2012 / 18. A Sunless Sea)
Une question de justice (2013 / 19. Blind Justice)
Du sang sur la Tamise (2014 / 20. Blood on the Water)
Le Couloir des ténèbres (2015 / 21. Corridors of the Night)
Vengeance en Eau Froide (2016 / 22. Revenge in a Cold River)
Meurtre en écho (2017 / 23. An Echo of Murder)
Marée Funèbre (2018 / 24. Dark Tide Rising)

À découvrir aussi (clic sur le titre pour en savoir davantage)

D’autres lectures
Dezso Kosztolanyi – Anna la douce
Agatha Christie – La nuit qui ne finit pas

Mes écrits
Ainsi a-t-il été
Mieux vaut très tard que jamais
39 hommes en galère
l’R de rien
J’ai couché

Me contacter
Me suivreFacebook Claude Griesmar

Instagram Claude Griesmar

Partager

Florence Tholozan – L’écho de nos jours

(Roman / 2022)

Couverture du roman L'écho de nos jours, de Florence Tholozan

Saskia est au fond du trou. Son amoureux l’a abandonnée au profit d’une autre. Un papier trouvé dans la poche d’un panier va bouleverser sa vie.

Prêts à embarquer pour un voyage coloré et lumineux ?

Commentaire

Ne vous fiez pas aux quatre phrases de mon accroche ! Le roman de Florence Tholozan est beaucoup plus complexe que cette intro pourrait le laisser supposer. Dans le bon sens du terme. Alors oui, les fans de romances avec rebondissements y trouveront leur compte, mais l’intérêt de ce livre réside à mon sens surtout dans les autres sujets traités avec intelligence et talent par l’auteure.

Florence Tholozan décortique le couple. Elle nous offre une analyse fine et perspicace de son fonctionnement, de ses fragilités, de ce qui peut l’amener à dysfonctionner.

Ensuite, elle décrit avec justesse les traumatismes, les séquelles possibles, conscientes ou inconscientes, les étapes de la courbe de deuil suivant la sensibilité de chacun. Traumatismes liés à une rupture, bien sûr, mais pas uniquement.

Elle dénonce aussi l’insupportable. Des pratiques subies par les femmes il n’y a pas si longtemps encore sous le couvert de la Religion dans un beau pays européen connu pour l’accueil chaleureux de sa population. Et des agressions qui font hélas partie du quotidien un peu partout dans le monde.

Bien sombre, tout ça ? Où donc est ce voyage coloré et lumineux annoncé plus haut ?

J’en reviens au talent de Florence Tholozan. Elle aborde ces thématiques graves sans miner le moral du lecteur. Au contraire. Elle invite celui-ci en Indonésie, à Bali, et lui fait découvrir des paysages, des coutumes, des pratiques spirituelles étonnantes et même la gastronomie locale lors d’un étourdissant voyage plein de couleurs, de saveurs et de bienveillance. Elle lui donne le sourire.

Le parfait équilibre de L’écho de nos jours entre ombres et lumière est une des grandes réussites de ce roman. Il lui donne de la force et l’envie au lecteur de tourner les pages pour connaître le fin mot de cette histoire captivante.

Dépaysement garanti !

L’auteure et son œuvre

Florence Tholozan vit près de Montpellier. L’écho de nos jours est son deuxième roman après La Chinoise du tableau, traduit en plusieurs langues et récompensé par le Prix Paroles d’Auteur(e)s.

Mon Florence Tholozan ++

Je n’ai pas encore lu son premier roman.

À découvrir aussi (clic sur le titre pour en savoir davantage)

D’autres lectures
Nina George – La lettre oubliée
Mircea Cartarescu – Solénoïde

Mes écrits
Ainsi a-t-il été
Mieux vaut très tard que jamais
39 hommes en galère
l’R de rien
J’ai couché

Me contacter
Me suivreFacebook Claude Griesmar

Instagram Claude Griesmar

Partager

Célia Costéja – Ab intestat

(Roman / 2023)

Couverture du roman Ab intestat, de Célia Costéja

Nicolas, le meilleur ami de Marina, la narratrice, trouve un journal intime dans le grenier de son grand-père. Texte sombre écrit par un membre de la famille que personne n’a jamais mentionné. Le début d’une aventure inquiétante pour les deux étudiants. Ils se lanceront sur les traces d’un fantôme et déterreront des événements vieux de cinquante ans. Leur enquête leur révèlera aussi des pans cachés d’eux-mêmes.

Commentaire

Ne tournons pas autour du pot : j’ai adoré ce roman de Célia Costéja, le premier mais pas le dernier que je lis de cette auteure talentueuse.

J’ai été subjugué par l’ambiance troublante que Célia Costéja a réussi à insuffler dans cette quête mystérieuse exhumant des secrets du passé. L’auteure a habilement mêlé deux thèmes qui me sont chers à son histoire : la littérature et la musique. Les livres semblent prendre vie durant cet été de tous les dangers. La musique les accompagne, tel un esprit aux intentions incertaines flottant autour des protagonistes. Je vivais les angoisses de Nina au fil de pages. Je me creusais la cervelle pour trouver avec elle le fin mot de l’histoire.

Le génie de ce roman va au-delà de cette quête, redoutable fil conducteur qui tient en haleine jusqu’au bout. Célia Costéja inclut avec discrétion et efficacité de nombreux autres sujets dans son histoire : le temps qui passe, la difficulté de grandir, de s’accepter et de trouver sa place dans notre monde, la confrontation des classes sociales, les conflits générationnels. Des sujets qui me tiennent à coeur. Tout comme le regard avisé sur la ville et la campagne, la lutte entre le coeur et la raison, entre les obligations familiales et les aspirations personnelles, entre la science et l’art. Sans oublier la complexité des sentiments et les difficultés à trouver l’âme soeur.

Le tout servi par une écriture fluide et précise qui dynamise le récit.

Petit coup de coeur pour Ab intestat, livre riche au titre énigmatique, roman inclassable et captivant qui continue à faire réfléchir une fois qu’on l’a refermé.

L’auteure et son œuvre

Célia Costéja est née à Montpellier. Elle a notamment poursuivi des études en Musicologie et en Chant lyrique. Ab intestat est son premier roman. Elle en a écrit un deuxième : Clair/Obscur. Le troisième est pour bientôt.

Mon Célia Costéja ++

Je n’ai pas encore lu son deuxième roman.

À découvrir aussi (clic sur le titre pour en savoir davantage)

D’autres lectures
Philipp Meyer – Le fils
Jack London – Martin Eden

Mes écrits
Ainsi a-t-il été
Mieux vaut très tard que jamais
39 hommes en galère
l’R de rien
J’ai couché

Me contacter
Me suivreFacebook Claude Griesmar

Instagram Claude Griesmar

Partager

LECTURE SHOAH – DÉPORTATIONS – CAMPS DE LA MORT

Un article un peu spécial en cette journée anniversaire de l’entrée des soviétiques à Auschwitz le 27 janvier 1945. Une liste de livres témoignages pour les personnes qui souhaitent en savoir davantage sur le sujet que ce que relate la série de romans parus récemment sous la forme « XXX d’Auschwitz ».

Pour ne jamais oublier. En mémoire des victimes. Pour tenter d’éviter qu’une telle folie ne se reproduise.

ATTENTION : âmes trop sensibles s’abstenir.

Shoah – Déportations – Camps de la mort

27 janvier 1945. Les soviétiques entrent à Auschwitz et découvrent l’indicible.

 Il ne faut jamais oublier. En mémoire des victimes. Pour tenter d’éviter qu’une telle folie ne se reproduise.

Des témoignages écrits m’ont marqué, de ce qu’a été Auschwitz mais aussi la Shoah dans sa globalité et l’industrialisation de l’extermination massive d’un peuple.

Une liste de livres, des témoignages et une enquête

Indispensables, durs, glaçants.

Livres de référence sur la Shoah, les déportations et les camps de la mort

Si c’est un homme, de Primo Levi

Primo Levi a passé onze mois à Auschwitz après avoir été arrêté en Italie. Dans ce livre, il raconte cette expérience, de manière factuelle, tout en analysant les comportements humains. Il relate l’indicible, le comportement inhumain de certains, l’adaptabilité nécessaire à la survie, la déshumanisation une fois qu’on est privé de tout y compris de son nom. Il explique comment il a touché le fond. Et encore. Et encore. Et comment il est parvenu à rester un homme.

La nuit, d’Elie Wiesel

Elie Wiesel est un juif hongrois. Il a 16 ans en 1944 lorsque le gouvernement du pays change sous la pression des nazis et commence à déporter les Juifs vers les camps d’extermination. La guerre est presque perdue mais le fanatisme nazi s’obstine à éradiquer le peuple juif. A l’arrivée à Auschwitz, Elie Wiesel voit une dernière fois sa mère et sa petite soeur. Il vit l’indicible en compagnie de son père, jusqu’à l’évacuation du camp à travers une marche de la mort.

Le convoi du 24 janvier, de Charlotte Delbo

Le 24 janvier 1943, un train part de Compiègne. Il atteindra Auschwitz-Birkenau après trois jours et trois nuits. Dans les wagons à bestiaux, 230 femmes, des résistantes. Seules 49 d’entre elles reviendront.

Ce livre retrace le destin tragique de chacune de ces 230 déportées de l’unique train de résistants parti à destination d’Auschwitz.

Aucun de nous ne reviendra, de Charlotte Delbo

Charlotte Delbo livre dans ce récit des moments de vie ou plutôt de survie dans l’enfer du camp de concentration où ont été menées les 230 déportées du convoi du 24 janvier 1943. Des impressions. Des ressentis. L’horreur.

La grande misère, de Maisie Renault

Le témoignage bouleversant de Maisie Renault, la soeur du colonel Rémi, déportée avec sa soeur Isabelle à Ravensbrück en août 1944. Sur les 300 femmes que leur convoi a déposées à Ravensbrück, 17 seulement sont revenues.

Retour à Birkenau, de Ginette Kolinka

Témoignage poignant d’une survivante d’Auschwitz-Birkenau, Bergen-Belsen et Theresienstadt. Ginette Kolinka a commencé à parler de ce qu’elle a vécu au début des années 2000 seulement. Ensuite elle a témoigné dans les écoles notamment, pour sensibiliser les jeunes à l’horreur. Elle était du même convoi que Simone Veil pour Auschwitz.

Sonderkommando dans l’enfer des chambres à gaz, de Shlomo Venezia

Shlomo Venezia est juif. Il a vingt et un ans lorsqu’il est déporté à Auschwitz-Birkenau et affecté aux Sonderkommandos, ces « équipes spéciales » chargées de vider les chambres à gaz et de brûler les corps. Ces équipes sont renouvelées régulièrement. Leurs membres finissent comme toutes les victimes dont ils ont eu à s’occuper.

Shlomo Venezia est un des rares Sonderkommandos rescapés. Il livre son témoignage. Insupportable.

Des voix sous la cendre, Collectif dont Zalmen Gradowski

Les Sonderkommandos (voir livre précédent) n’étaient pas dupes. En tant que témoins aux premières loges de l’indicible, acteurs de l’horreur contre leur gré, ils se doutaient que les exterminateurs supprimeraient toutes les voix capables de rapporter au monde civilisé l’organisation méthodique des meurtres d’hommes, femmes, jeunes filles, vieillards et enfants, avec récupération des matières premières réutilisables, abattoirs structurés où rien n’était laissé au hasard, où brutalité, sadisme et humiliations étaient le quotidien. Pour se faire entendre, pour raconter, pour que le monde sache, ils ont écrit ce qu’ils vivaient et l’ont enterré dans le camp, sous les cendres, à proximité des chambres à gaz.

Cinq manuscrits ont ainsi été retrouvés. Trois d’entre eux sont retranscrits dans ce livre, témoignages de Zalmen Gradowski, Lejb Langfus et Zalmen Lewental.

Ce livre contient aussi les dépositions faites par trois survivants au procès de Cracovie en 1946 : Szlama Dragon, Henryk Tauber et Alter Feinsilber, ainsi que celui de Yakov Gabbay qui date de beaucoup plus tard.

Des témoignages insoutenables.

Il contient également des analyses et un tableau synoptique.

Il est à noter que les Sonderkommandos étaient les seuls prisonniers juifs d’Auschwitz-Birkenau à ne pas souffrir constamment de la faim et qu’ils ont déclenché la seule révolte dans ce camp de la mort, le 7 octobre 1944. Elle a échoué.

Je me suis évadé d’Auschwitz, de Rudolf Vrba

Rudolf Vrba, Juif slovaque, est déporté à Auschwitz en juin 1972. Lui et son ami Fred Wetzler parviennent à s’évader du camp de la mort le 14 avril 1944 (seuls cinq Juifs auraient réussi à s’évader d’Auschwitz). Ils se hâtent vers la Slovaquie pour tenter d’empêcher l’extermination de la communauté juive de Hongrie. Le 25 avril, ils rédigent le rapport Vrba-Wetzler et le remettent aux responsables du Conseil juif slovaque. On sait malheureusement que leurs espoirs et leurs efforts n’auront pas été couronnés de succès : 400 000 Juifs hongrois seront assassinés entre le 15 mai et le 9 juillet 1944.

Ce livre contient le récit effrayant de Rudolf Vrba et de ses deux années à Auschwitz, ainsi que le rapport Vrba-Wetzler.

Je suis le dernier Juif, Treblinka 1942-1943, de Chil Rajchman

Dans le camp d’extermination de Treblinka, entre 750 000 et 1 200 000 Juifs ont été tués entre avril 1942 et août 1943 (les chiffres diffèrent selon les sources). Les témoignages de déportés de Treblinka sont moins nombreux que ceux d’Auschwitz pour la simple raison que moins de 100 déportés ont survécu à Treblinka (57 si le nombre que j’ai relevé est juste !).

Chil Rajman fait partie des rares survivants de la révolté de Treblinka qui a eu lieu le 2 août 1943. Son témoignage est terrible. Il cite peu de noms, peu de dates. Il l’a écrit avant la victoire des Alliés, alors qu’il se cache après son évasion chez un ami en Pologne. Dans le but de transmettre l’inimaginable, l’indicible.

Le pianiste, de Wladyslaw Szpilman

Le 23 septembre 1939, Wladyslaw Szpilman joue du Chopin lors de la dernière émission en direct de la radio polonaise avant l’invasion allemande. Le Nocturne en do dièse mineur. Dans ce livre, il raconte la suite, la survie dans d’effroyables conditions dans le ghetto de Varsovie. La déportation de ses proches. Sa propre fuite. Son errance. Le courage. La volonté. La chance.

Le journal de Rywka Lipszyc

Le journal d’octobre 1943 à avril 1944 de Rywka Lipszyc, une jeune fille juive de 14 ans qui a vécu l’enfer du ghetto de Lodz. Terrible.

Le journal d’une survivante, d’Eva Schloss

Eva Schloss est arrêtée à Amsterdam et déportée à Auschwitz le jour de son quinzième anniversaire. Elle raconte son enfance, l’arrivée des nazis, ses liens avec Anne Frank, l’occupation, la déportation, la survie et aussi l’après-guerre, une deuxième survie puis le témoignage pour ne jamais oublier.

Le journal, d’Anne Frank.

Le célèbre journal qu’Anne Frank a tenu du 14 juin 1942 au 1 août 1944 avant d’être arrêtée et déportée avec sa famille. Après un passage à Auschwitz-Birkenau, elle meurt à Bergen-Belsen début 1945, à 15 ans et demi.

Einsatzgruppen, les commandos de la mort nazis, de Michaël Prazan

Les Einsatzgruppen, littéralement les groupes d’intervention, sont les 3 000 hommes que les nazis ont envoyés à l’Est, à la suite de l’armée allemande, dans le but de commencer l’extermination de masse. Ils ont ainsi tué 1,5 millions de Juifs, souvent avec l’aide de locaux. Des meurtres par balles, lors d’exécutions de masse, mais aussi en expérimentant, dans le but de trouver la méthode la plus rationnelle pour la solution finale. Des horreurs indicibles bien avant les camps de la mort.

Cette enquête de Michaël Prazan sur les Einsatzgruppen fait froid dans le dos. Aussi abominable que les témoignages des survivants de la Shoah. Aussi indispensable. Aussi dure. Prazan a été aussi loin qu’il a pu. Insoutenable.

Des récits que je n’ai pas encore lus :

Une pédiatre à Auschwitz, de Lucie Adelsberger
Révolte à Treblinka, de Samuel Willenberg
Trois ans dans une chambre à gaz d’Auschwitz, de Filip Müller
Moi, Dita Kraus – La bibliothécaire d’Auschwitz, de Dita Kraus.
Rescapé, de Sam Pivnik
Ravensbrück, de Germaine Thillion
La vérité en héritage : la violoncelliste d’Auschwitz, d’Anita Lasker-Wallfisch
Si c’est une femme, de Sarah Helm

ATTENTION : âmes sensibles s’abstenir. Des livres autant utiles que terrifiants quand on voit jusqu’où la folie humaine peut mener.

Parutions récentes

Entre 2020 et aujourd’hui, 27 janvier 2024, j’ai noté la parution de 16 livres supplémentaires dont le titre finit par « d’Auschwitz » et 3 autres dans la même lignée.

Souvent des romans basés sur des faits et des personnages réels.

Je n’en ai lu aucun.

Le devoir de mémoire passe-t-il par des ouvrages de fiction ? Ou les documents et témoignages ne sont-ils pas suffisants et suffisamment explicites pour transmettre et se souvenir ?

Je crois que j’aurais du mal à faire le tri entre le réel et le romancé pour ne pas éprouver une gêne par rapport à ce qu’on attribue aux victimes qui ont inspiré ces histoires et qui ont tellement souffert dans les épouvantables camps de la mort. Du mal surtout, après avoir lu les témoignages, à lire une romance totalement imaginée se déroulant dans un de ces camps où régnaient barbarie, cruauté, bestialité et ignominie et où la faim et la survie étaient les préoccupations principales et permanentes des déportés, de ceux qui n’étaient pas gazés dès leur arrivée.

Un faux-problème ?

La liste de ces parutions récentes

Le tatoueur (inspiré de Lale Eisenberg et Gita Furman), la bibliothécaire (Dita Kraus qui a par ailleurs écrit ses propres mémoires), les soeurs (Cibi, Magda et Livia Meller), la sage-femme, le magicien, la violoniste (Alma Rosé), la fille qui s’échappa (Mala Zimetbaum et Edward Galinski), le nageur (Alfred Nakache), les amants interdits, la conteuse (Irène Némirovsky), le photographe (Wilhelm Brasse), berceuse (Hélène Hannemann), le sourire (Lisette Moru), les couturières, les médecins, les anges d’Auschwitz. Et aussi L’horloger et La libraire de Dachau et Le voyage de Cilka (Cilka Klein).

Ne jamais oublier. Ne jamais reproduire.

Mes écrits
Ainsi a-t-il été
Mieux vaut très tard que jamais
39 hommes en galère
l’R de rien
J’ai couché

Me contacter
Me suivreFacebook Claude Griesmar

Instagram Claude Griesmar

Partager